brasiller

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

brasiller \bʁa.zi.je\ transitif ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire griller sur de la braise. Note : À ne pas confondre avec braiser.
    • Brasiller des pêches.
  2. Briller d’une lueur phosphorescente, en parlant de la trace d’un bâtiment dans l’obscurité.
    • Maintenant, toute la cathédrale brasillait, ardente. — (Émile Zola, Le Rêve, Georges Charpentier et Cie, Paris, 1888)
    • Puis il s’enfonça dans le plain-chant, l’odeur de cire et cette bonne fraîcheur de gouffre où brasillaient les stalactites des lustres. — (Hervé Bazin, Chapeau bas, Seuil, 1963, Livre de Poche, page 27)
    • Très loin au-delà du parvis les lumières de la ville brasillaient. — (Pierre Magnan, Guernica, Denoël, 1991)
    • La chaleur l'accable alors qu'elle remonte la rue principale, une chaleur moite, à l'odeur de cendre et de chaire carbonisée, étuvée par toute cette eau tombée durant la nuit, qui a éteint les incendies et qui s'évapore à présent, mêlant ses volutes blanches à celles, grisâtres, des dernières poutres qui brasillent encore. — (Jean-Marc Ligny, Exodes, L'Atalante, 2012, Gallimard Folio SF, 2016, page 248)
  3. (Figuré) Montrer une physionomie radieuse.
    • Quand elles passent près de lui, les pupilles siciliennes brasillent, les dents s’illunent. Elle hésite avant de lui accorder une danse seule à seul. — (Paul Adam, En décor, A. Savine, 1891, page 116)
    • Il y mettait même un peu trop d’insistance et voilait mal ces lueurs fugitives qui brasillaient dans ses prunelles. — (Hervé Bazin, Chapeau bas, Seuil, 1963, Le Livre de Poche, page 234)
  4. (Marine) (Intransitif) Montrer comme une traînée de lumière éblouissante et scintillante à la surface, en parlant de la mer lorsque les rayons du soleil ou de la lune la frappent obliquement.
  5. (Figuré) S’agiter, être actif.
    • Immobilisé, mêlé au basalte, l’esprit continue-t-il à brasiller ? — (Robert Darvel, L’Homme qui traversa la Terre, Les Moutons électriques, 2016, page 173.)
    • Mais c’est tout le corps qui est atteint, quasi obèse, maintenant adipeux, persillé de blanc et de rouge, alors que l’esprit brasille, foudroie, — la parole de M. de Sade est toujours aussi tranchante, — et que l’œil bleu exige. — (Jacques Chessex, Le Dernier Crâne de M. de Sade, Grasset, 2010)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier