FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Verbe 1) Du gaulois bracis, passé au latin populaire *braciare, de braces (« blé blanc, malt »), apparenté à braise (« drêche »), brai. Le sens étymologique est proche de « (faire) fermenter ». Il a subi l’influence sémantique de bras dans certains de ses sens. La véritable orthographe serait non brasser, puisque le mot ne vient pas de bras, mais bracer, comme on l'écrivait autrefois[1].
(Verbe 2) Dénominal de bras ou brasse.

Verbe 1 Modifier

brasser \bʁa.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) ou \bʁɑː.se\ (standard Québec)

  1. Fabriquer de la bière en remuant le malt.
    • Brasser la bière, le moût.
    • Là étaient tous les instruments d'économie domestique de ces pauvres filles, leur petit cuvier pour faire la lessive, leur petite cuve avec un appareil elliptique pour brasser elles-mêmes leur bière. — (Stendhal, Souvenirs d'égotisme, 1832)
  2. (Par extension) Faire fermenter des pommes pour fabriquer du cidre.
    • Au mois de novembre ils brassèrent du cidre. C'était Bouvard qui fouettait le cheval, et Pécuchet, monté dans l'auge, retournait le marc avec une pelle. — (Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, 1880)
    • On prépare encore une boisson très-capiteuse et agréable au goût, nommée cidresse, avec les poires, en les brassant avec partie égale de pommes bien mûres. Mais elle passe vîte à l’acescence. — (Précis analytique des travaux de l'Académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, pendant l'année 1824, Rouen : Imprimerie de P. Periaux père, 1825, note 1 de la page 70)
  3. (Sens figuré) (Vieilli) Tramer, fomenter, comploter.
    • Il se brassait une conspiration conçue à Vienne, tramée à Rome, et prête d'éclater à Naples. — (Saint-Simon, 107)
    • Le pèlerin, d'aussi loin qu'il le vie,
      Feignit de croire apercevoir la dame,
      Et lui cria : Quoi donc méchante femme !
      A ton mari tu brassais un tel tour !
      Est-ce le fruit de son parfait amour !
      Dieu soit témoin que pour toi j'en ai honte.
      — (Jean de La Fontaine, Le Cocu, battu, et content)
  4. (Par analogie) Mouvoir, agiter en vue d’une opération.
    • Brasser du métal, des cuirs, des épingles, des clous.
  5. (Jeux) Mélanger des cartes ou tout autre objet.
    • Brasser les cartes, les dés, les feuilles.
    • Il sortit de la poche de sa robe de chambre un paquet de cartes, et les brassa. — (Patrick Modiano, Livret de famille, Gallimard, collection Folio, 1977, page 151)
    • Il était à ce moment dans son bureau et brassait au hasard, comme il avait dû le faire des dizaines de fois au cours des deux dernières semaines, les photos du sol de la scène du crime. — (Michel Houellebecq, La carte et le territoire, 2010, J’ai lu, page 326)
  6. (Informatique) Connecter.
    • Mais comment brasser ces deux lignes. — (frameip.com)
  7. (Argot des Gadz’Arts) Parler.
  8. (Pronominal) (Rare) Se frotter le corps avec les bras.
    • Quand on tremble comme ça : brrr ! brrr !... qu'on souffle dans ses mains et qu'on fait aller les bras comme ceci…
      . (Il se brasse vigoureusement.) — (Maurice Maeterlinck, L’Oiseau Bleu : féerie en cinq actes et dix tableaux, Éditions Charpentier & Fasquelle, 1910, page 120)
  9. (Québec) (Populaire) Créer ou maintenir une situation où il y a beaucoup d'action ; malmener.
    • Ça va brasser !
    • Or, Mme Blais s’est beaucoup fait brasser ces derniers mois. Certains en ont fait le bouc émissaire du printemps meurtrier dans les CHSLD. — (Josée Legault, Le combat de Marguerite Blais, Le Journal de Montréal, 6 novembre 2020)

SynonymesModifier

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   brasser figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : bière (boisson).

TraductionsModifier

Verbe 2Modifier

brasser \bʁa.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Marine) Mouvoir les bras d’une vergue pour changer la direction de la voile qu’elle porte.
  2. Nager la brasse.
    • Je regardai et je vis trois ou quatre hommes qui nageaient vers ma cange et criaient : « Bakhchich, Christiani Kaouadja! » Puis ils approchèrent des plats-bords qu'ils saisissaient de leurs mains, recevant mon aumône, qu'ils mettaient dans leur bouche, et s'éloignèrent en brassant. — (Maxime Du Camp, Le Nil, 1854)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • brasser sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de brassen, avec le suffixe -er.

Nom commun Modifier

brasser \Prononciation ?\

  1. Bambocheur.

SynonymesModifier

PrononciationModifier