Voir aussi : Bronn

BretonModifier

ÉtymologieModifier

Du moyen breton bronn[1], issu du vieux breton bronn, lui-mêmme d'un proto-celtique *brusnā, dérivé de *bruson.
À comparer avec les mots bron en gallois, bronn en cornique (sens identique), le moyen gallois bru « ventre, utérus » et le cornique brys « utérus ».

Nom commun Modifier

Mutation Singulier Duel Pluriel
Non muté bronn divronn bronnoù
Adoucissante vronn zivronn vronnoù
Durcissante pronn tivronn pronnoù

bronn \ˈbrɔ̃n\ féminin

  1. (Anatomie) Sein.
    • Santet am eus he bronn o krenañ dindan va bizied [...]. — (Jarl Priel, Tri Devezhour evit en Eost, in Al Liamm, niv. 16, Gwengolo–Here 1949, page 55)
      J’ai senti son sein trembler sous mes doigts.
    • Hi an hini a’n em denn kuit, diwar cʼhoari, evit stouiñ warnañ adarre, ouzh e atizañ, ouzh e cherisañ gant he blev war e dal, gant pennoù he divronn reut kinniget d’e vuzelloù, gant he melloù daoulagad oriad, gant holl fiñvoù ur cʼhorf yacʼh, gwevn ha kaer. — (Youenn Drezen, Sizhun ar breur Arturo, Éditions Al Liamm, 1971, page 46)
      C’est elle qui s’écarte, par jeu, pour se pencher vers lui de nouveau, l’excitant, le caressant de ses cheveux sur son front, avec les pointes de ses seins fermes offerts à ses lèvres, avec ses grands yeux de libertine, avec tous les mouvements d’un corps sain, souple et beau.
    • Ha tout ar sodien-se o tommheoliañ war an aod, o rouzañ, o rostañ o feskennoù, o bronnoù, o c'horfoù gwak. — (Tudual Huon, Kleñved Jord A..., in Al Liamm, niv. 181, Meurzh-Ebrel 1977, page 108)
      Et tous ces imbéciles qui se chauffent au soleil sur la plage, à se rôtir les fesses, les seins, leur corps flasques.
  2. Mamelle.
  3. (Par analogie) Bec (de vase, etc).
  4. Saillant (d'un objet).

DérivésModifier

RéférencesModifier

  1. Jehan LagadeucCatholicon, Tréguier, 1499

CorniqueModifier

ÉtymologieModifier

Du proto-celtique *brusnā.

Nom commun Modifier

bronn \Prononciation ?\ féminin (pluriel bronnow)

  1. (Anatomie) Poitrine, sein.