brouillable

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(c. 1840)[1] Dérivé de brouiller, avec le suffixe -able.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
brouillable brouillables
\bʁu.jabl\

brouillable \bʁu.jabl\ masculin et féminin identiques

  1. Que l’on peut brouiller.
    • Certains objectifs sont eux-mêmes émetteurs de rayonnement, ce rayonnement étant difficilement brouillable ; tels sont, par exemple, dans une certaine mesure, les navires, les locomotives et, généralement, les sources thermiques, car elles émettent des rayonnements infra-rouges. — (Docaéro : Revue Documentaire de la Technique Aéronautique Mondiale, numéros 1 à 6, 1950, page 11)
    • Ni les téléphones facilement destructibles par l’ennemi, ni la télégraphie sans fil (T.S.F.) aisément brouillable et tributaire de fortes sources d’électricité , ni la télégraphie par le sol (T.P.S.) capricieuse, ne pouvaient assurer de liaisons avec certitude. — (Jean-Claude Montagné, Histoire des moyens de télécommunication, 1995, page 32)
    • Pour joindre Bassora et le commandement sud de ses troupes, le chef d’état-major iraquien ne disposait plus que de la classique radio aisément brouillable et interceptable. — (Pierre-Henri Bunel, Mes services secrets : Souvenirs d'un agent de l'ombre, Flammarion, 2001, page 191)

AntonymesModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier

  1. Figure dans la première édition de Enrichissement de la langue française : dictionnaire de mots nouveaux de Jean-Baptiste Richard de Radonvilliers, Paris, 1842, page 81