Voir aussi : Brune

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1555) Du moyen français brun (« couleur allant du roux au noir »), du germanique *brūn (« brun, brillant »)[1]. Tous les sens relèvent de la réduction d’un syntagme nominal dont le terme subordonné est « de couleur brune ».

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
brune brunes
\bʁyn\

brune \bʁyn\ féminin

 
Une brune (sens 1)
 
Un paquet de brunes (sens 2)
 
Une brune (sens 3)
 
Une brune (sens 4)
 
Paysage à la brune (sens 5)
  1. Femme qui a des cheveux allant de marron à noir.
    • Sur ces entrefaites elle a rencontré par hasard une de ses anciennes copines, une nommée Suzanne, une brune en minijupe, une sorte de grande sauterelle à la voix nasillarde. — (Daniel Apruz, La Bêlamour, éd. Buschet/Chastel, 1970)
    • Au bout d'une minute, la porte s'ouvrit et une fliquette en tenue, une brune plutôt mimi, mais gâchée par l'air sévère qu'elle se sentait obligée de prendre, sortit et avança vers la guérite. Laurent Chalumeau, Bonus, Editions Grasset, 2010, chap. Treize
    • Brune, comme une héroïne romantique. Ardente et intense. Elle fut la première femme à établir le lien entre socialisme et féminisme. Je l’imagine. — (Nicole Avril, Brune, Plon, 2012)
  2. Cigarette à base de tabac brun.
    • Il me serre la main et me propose de le suivre dans son bureau. L’odeur de tabac y est intense. D’après l’examen du cendrier, il fume des brunes. — (Emma Deschamps, Mon livre bleu, Mon Petit Éditeur, 2012, p. 81)
  3. Bière à forte fermentation, fabriquée à partir de malt très torréfié.
    • Sam entra, se frayant un passage à coups de coude pour fendre la foule. Le bruit était terrifiant. Il réussit à atteindre le bar et commanda une brune. — (Cédric Bannel, Le Huitième Fléau, Robert Laffont, 2014)
  4. (Zoologie) Race laitière de grand taurin, originaire de Suisse, à robe brune et aux muqueuses noires.
    • Peu à peu, la Frisonne va s’imposer : on commence à voir deux ou trois Frisonnes dans un troupeau de Brunes, et avec le temps elles finissent par remplacer les « Schwitz » (1958-1965). — (André Bénévent, L’Histoire du lait. Les Paysans villefranchois, acteurs solidaires dans la mondialisation, Toute latitude, 2008)
  5. (Poétique) Soir, nuit.
    • Je regagnai le navire à la brune. (Dillon, Voyage dans la mer du sud, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
    • Ces errants de la rue ne rentraient qu’à la brune, et si las ! — (Alphonse Daudet, Arthur, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 165.)

SynonymesModifier

Bière
Nuit
Race de taurin

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   brune figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : bière (boisson).

TraductionsModifier

Forme d’adjectif Modifier

brune \bʁyn\

  1. Féminin singulier de brun.
    • Je suis entré ce soir au café « Sturm ». Les Berlinois de la Société ne fréquentent jamais ce dancing vulgaire où la jeunesse brune et les « sous-offs » de la garnison fraternisent. — (Xavier de Hauteclocque, La Tragédie brune, Nouvelle Revue Critique, 1934, p. 77)
    • Bien sûr, il y a aussi des étoiles trop grosses pour être des planètes, mais pas assez pour allumer vraiment des réactions nucléaires ; elles se contentent de luire parcimonieusement et très longtemps, on les appelle des « naines brunes ». — (Jean-Pierre Luminet et Élisa Brune, Bonnes Nouvelles des étoiles, Odile Jacob, 2009)
    • Évitez de boire du vin rouge ou du thé (qui contiennent du tanin) sur un mets aux algues brunes (à forte teneur en iode). — (Rédaction, Paris-Match, numéros 2075 à 2083, 1989)

PrononciationModifier

  • (Région à préciser) : écouter « brune [bʁyn̪] »

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du germanique *brūn (« brun, brillant »)[1].

Adjectif Modifier

brun \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de brun.
    • Por vos trestot premierement
      Qu'il a mené si malement
      par la force que il a faite,
      Que nostre part nos a tolaite
      La proie qui estoit commune.
      Ne se deust fere si brune — (Collectif,
      Le Roman du Renart, édition de D.M. Méon, 1826, « C'est de Renart et d'Isengrin et dou Lion com il departirent la proie. », p. 232)
      D'abord en vous malmenant, en nous enlevant de force notre part de la proie qui nous appartenait et qu'il a rendue si funeste.

RéférencesModifier

Vieil anglaisModifier

ÉtymologieModifier

D’origine germanique.

Adjectif Modifier

brune \Prononciation ?\

  1. Brune.
    • "A brune figure in winter evening" who "resists / Identity" and carries an object that also resists identification. — (George S. Lensing, Wallace Stevens and The Seasons, LSU Press, 2004, p. 150)
      Une figure brune un soir d’hiver qui résiste à l’Identité et qui porte un objet qui résiste également à l’identification.