Ouvrir le menu principal
Voir aussi : burn out, burnout

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Emprunt de l’anglais burnout.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
burn-out burn-outs
\bœʁ.na.ut\

burn-out \bœʁ.na.ut\ masculin

  1. (Anglicisme) (Travail) (Psychologie) Syndrome d’épuisement professionnel, surmenage.
    • Les gens ont peur de faire un burn-out (8 %), ce qui place la région au 3e rang québécois, ou une dépression (16 %), premier rang au Québec. — (« Mauricie: une personne sur sept se sent seule », l’HebdoJournal.com, 3 octobre 2011)
    • Sinon, on brûle ses réserves physiques et l’on fait une dépression ou un burn-out. — (« Comment se maintenir en bonne santé dans un monde d’hyper productivité », l’Entreprise.com, 21 septembre 2011)
    • Victime d’un burn-out, j’ai beaucoup de mal à m’en sortir et surtout à en parler autour de moi, cette notion de burn-out étant peu connue et souvent associée à une dépression. — (« Victime d’un burn-out … », Psychologies.com, juillet 2009)

Variantes orthographiquesModifier

Quasi-synonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

  • France (Muntzenheim) : écouter « burn-out »

Voir aussiModifier

  • burn-out sur l’encyclopédie Wikipédia  

AnglaisModifier

 

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

burn-out \Prononciation ?\

  1. (Médecine) Syndrome d’épuisement professionnel.

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Abrègement de burn-out syndrom.

Nom commun Modifier

Pluriel
burn-outs

burn-out \Prononciation ?\ masculin (Anglicisme)

  1. Surmenage, burn-out.
    • burn-out komt vaak voor in het onderwijs
      le surmenage est fréquent dans l’enseignement

SynonymesModifier

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 95,7 % des Flamands,
  • 95,2 % des Néerlandais.

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]