Voir aussi : cte, čte, Cte, CTE

Étymologie

modifier
Déformation de cette.

Forme d’adjectif démonstratif

modifier

c’te \s‿tə\ masculin et féminin identiques (Familier) syncope contraction

  1. Forme familière, principalement orale, du déterminant démonstratif cette ou ce.
    • C’te lettre ! la voilà ! — (Auguste Arnould, Huit ans de plus, 1837)
    • Ah ! v’là c’te jolie pièce de vingt-quat’ sous tout’ neuve. — (Louis Charles Caigniez, Théodore Baudouin d’Aubigny, La pie voleuse ou La servante de Palaiseau, 1828)
    • — Eh pourquoi-t-est-ce que vous n’entriez pas, et que vous vous rangiez derrière c’te buisson, là où ce que vous avez été bien surpris d’être surpris par moi ? — (George Sand, Jeanne, 1844)
    • C’est Cadichon, l’âne de c’te pauvre mam’selle Pauline. — (Comtesse de Ségur, Mémoires d’un âne, 1860)
    • — Ah ! c’qu’elle est jolie, c’te machine ! C’est comme qui dirait un salon. Ça doit coûter des mille et des cents... — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 219)
    • — C’est quand même marrant, tu trouves pas, dans c’te putain d’armée, c’est les morts qu’on balade en auto… — (Robert Merle, Week-end à Zuydcoote, 1949, réédition Le Livre de Poche, page 189)
    • « Il a-tu un nom c’te gang de filles-là ? » s’amuse Richard, qui observe le groupe en souriant, appuyé sur sa canne. — (Hélène Gélot, Les Montréalais transforment leurs ruelles en jardins conviviaux, Reporterre, 13 juillet 2017)

Variantes

modifier
  • c’t (devant un mot commençant par une voyelle)

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références

modifier
  • Dictionnaire des régionalismes du français de Terre-Neuve, Patrice Brasseur.