cacatoès

Voir aussi : cacatoës

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1632) Du portugais cacatua, lui-même emprunté au malais kakatua. L’ancienne graphie cacatois correspond à ce cacatua, la graphie en -oès est probablement dialectale, -ois se prononçait \wε\ ; la prononciation sonore du -s final est influencée par la graphie et analogique de aloès, faciès, avec une motivation supplémentaire, un locuteur précieux aurait voulu éviter la quasi-homophonie avec caca d’oie, une autre solution, sans lendemain, a été la métathèse avec katakoua pour éviter le son caca. → voir cacatuidés

Nom commun Modifier

Invariable
cacatoès
\ka.ka.tɔ.ɛs\
 
Un cacatoès (le très rare cacatoès soufré (Cacatua sulphurea).

cacatoès \ka.ka.tɔ.ɛs\ masculin

  1. (Ornithologie) Nom normalisé donné à sept genres et 20 espèces d'oiseaux arboricoles et frugivores de l'ordre des psittaciformes et de la famille des cacatuidés, environ de la taille d'une corneille, caractérisés par une grande huppe érectile formée de longues plumes, blanches, jaunes ou rouges, dont le déploiement change avec les émotions de l'oiseau, par un plumage qui varie du blanc au noir mais est dépourvu de bleu ou de vert contrairement aux autres psittaciformes, et que l'on rencontre exclusivement dans l'écozone australasienne.
    • Mais, dira-t-on, puisque les éléphants et les autres animaux quadrupèdes de l’Afrique et des grandes Indes ont primitivement occupé les terres du Nord dans les deux continents, les perroquets cacatoès, les loris et les autres oiseaux de ces mêmes contrées méridionales de notre continent n’ont-ils pas dû se trouver aussi primitivement dans les parties septentrionales des deux mondes ? — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Histoire naturelle des animaux, « Le Perroquet », in Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade, 2007, page 1160.)
    • Si les Moluques nous avaient présenté un cacatoès blanc qu'on retrouve aussi a la Nouvelle-Galles, la Nouvelle-Hollande, par opposition, a des cacatoès noirs. — (Dictionnaire géographique universel, 1829)
    • La section s’était arrêtée à côté d’une masure habitée par une pauvre vieille qui vivait aux côtés d’un seul compagnon un cacatoès. — (Patrick Cendrier, Des chiens et des hommes, 2003)
    • Les aras ou les cacatoès coûtent entre 1.500 € et 2.000 € pièce quand un gris du Gabon, autrement appelé perroquet Jaco, se vend à hauteur de 800 à 1.000 €. — (De 5 € la petite perruche ondulée à 1.500 € le ara ararauna, in Le Télégramme, 15 janvier 2016)

NotesModifier

En biologie, le genre, premier mot du nom binominal et les autres noms scientifiques (en latin) prennent toujours une majuscule. Par exemple : Homme moderne : Homo sapiens, famille : Hominidae. Quand ils utilisent des noms en français, ainsi que dans d’autres langues, les naturalistes mettent fréquemment une majuscule aux noms de taxons supérieurs à l’espèce (par exemple : les Hominidés, ou les hominidés).
Un nom vernaculaire ne prend pas de majuscule, mais on peut en mettre une quand on veut signifier que l’on parle non pas d’individus, mais de l’espèce (au sens du couple genre-espèce), du genre seul, de la famille, de l’ordre, etc.

Variantes orthographiquesModifier

DérivésModifier

HyperonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier