Voir aussi : Camelot, camelòt

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1) De l’arabe خمْلات, ḫmlāt (« peluches de laine »), attesté en 1168 sous la forme camelos puis, parfois, sous la forme chamelot par rapprochement avec chameau et le latin camelus.
(Nom commun 2) Dérivé de camelote, camelotier de la même racine que le nom précédent.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
camelot camelots
\kam.lo\

camelot \kam.lo\ masculin

  1. (Textile) Espèce d’étoffe qui était faite ordinairement de poil de chèvre ou de laine mêlée quelquefois de soie en chaîne.
    • Il n’y aura pas de concurrence pour les étoffes de laine d’autres espèces et qualités, telles que camelots, callimanco, shallons, durants, etc. — (J. Peuchet, Dictionnaire universel de la géographie commerçante, Paris : Blanchon, an VII, vol.2, p.491)
    • Son manteau de camelot bleu était une antiquité locale au même titre que le clocher de l’église. — (Robert Louis Stevenson, Le Voleur de cadavres, 1884, traduction Jean-Pierre Naugrette, 2004)

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
camelot camelots
\kam.lo\

camelot \kam.lo\ masculin

  1. Objet bon marché vendu par les colporteurs, pacotille, camelote.
  2. (Par extension) Marchand ambulant qui vend des articles de pacotille ou des marchandises d’occasion.
    • Les boniments des camelots. Quand un sergent de ville s’éloigne, un camelot surgit. Coiffés d’une casquette, le visage animé, la moustache déteinte, ils parlent avec chaleur, car leurs passions sont violentes et ils veulent gagner de quoi manger et de quoi boire. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 52)
    • Le petit camelot ajuste régulièrement la sangle du présentoir portable qui blesse son épaule, et repart. Remplie d’une dizaine de paquets de cigarettes, de bonbons et autres sucreries, sa modeste boutique portative pèse son poids. — (Maryline Baumard, A Tapachula, carrefour des exilés, Le Monde. Mis en ligne le 23 février 2018)
  3. (Par extension) Vendeurs de journaux, de chansons, les distributeurs de prospectus, etc.
    • Des escouades de camelots ont parcouru les boulevards en hurlant le titre d’une nouvelle feuille : « Demandez Le Glaive ! » — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 207)
    • […], il hochait le chef, tout pareil à l’un de ces branle-tête que vendent les camelots dans les villes aux jours de grande foire. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)

Apparentés étymologiquesModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • camelot sur l’encyclopédie Vikidia  

RéférencesModifier

PicardModifier

ÉtymologieModifier

De l’arabe خمل, ḫml (« peluche de laine ») via son pluriel hamlat.

Nom commun Modifier

camelot \Prononciation ?\ masculin

  1. (Textile) Étoffe faite de poil de chameau.

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Voir aussiModifier

  • camelot sur l’encyclopédie Vikidia  

RéférencesModifier

  • Jean-Baptiste Jouancoux, Études pour servir à un glossaire étymologique du patois picard, 1880, vol. I