FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin cancer (« crabe », « cancer ») qui a donné, en français, « cancre » et « chancre » (prononciation picarde), lesquels signifiaient « écrevisse » et « ulcération des chairs » ; l’un a pris un sens métaphorique, l’autre un sens médical.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
cancre cancres
\kɑ̃kʁ\

cancre \kɑ̃kʁ\ masculin

  1. (Désuet) Écrevisse, crabe.
    • Des mousses arrivent, en courant, les jambes nues, barbotent dans les flaques, soulèvent les pierres tapissées de goémon, à la recherche des loches et des cancres. — (Octave Mirbeau, Le Calvaire , 1886)
  2. (Par analogie) (Éducation) Écolier avec qui les enseignants n’arrivent à rien (pour une écolière, on dit : cancresse).
    • Les cancres furent coiffés de bonnets d’âne, et envoyés au coin.
    • Il fut cependant un élève correct, qui ne descendit jamais dans la bohème des cancres, et qui demeura parmi les petits messieurs convenables et bien mis dont on ne dit rien. — (Émile Zola, La Curée, 1871)
    • « À quoi penses-tu ? demanda le vétérinaire qui n’aimait pas voir rêvasser des enfants raisonnables.
      – À rien, répondit Antoine d’une voix sèche et sans tourner la tête.
      – Puisque tu ne penses à rien, tu vas me dire en quelle année furent signés les traités de Westphalie. »
      Antoine ne bougea pas et demeura muet, buté. Le père s’indigna d’une voix pointue qui fit se dresser les oreilles du cheval :
      « Vous êtes témoins, il ne sait pas la date des traités de Westphalie ! Un cancre ! il nous fera honte à tous.
      — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 109.)
  3. (Figuré) Personne (morale ou physique) qui, dans un groupe, réussit le moins bien (ou échoue).
    • Les villes du Québec font figure de cancre au Canada pour leur gestion du plomb dans l’eau. — (Le Devoir, « Plomb dans l'eau : l'Ontario un modèle, le Québec un cancre », 4 novembre 2019)
    • Après la signature de l'accord de Kyoto en 1997, les émissions de gaz à effet de serre [du Canada] ont substantiellement augmenté (alors qu'elles devaient diminuer), ce qui a fait du pays le cancre de ce protocole, comme le montre un rapport remis à l'ONU par le Canada lui-même en mai 2006. — (Gérard Bouchard, Les nations savent-elles encore rêver?, Boréal, 2019, p. 206)
    • «On est vraiment les cancres nationaux. C’est comme si on était sur un bateau avec plein de trous et que, pour arriver à la berge, on déshabillait les enfants. Mais avant de déshabiller les enfants, il faut réparer les trous», lance-t-elle. — (TVA Nouvelles, Congé de Noël prolongé: «On est vraiment les cancres nationaux», dit une pédiatre, Le Journal de Québec, 20 novembre 2020)
  4. (Figuré) (Vieilli) (Désuet) Homme avare, rapace et haïssable.
  5. (Vieilli) (Désuet) Homme sans moyens, sans fortune.
    • Quittez les bois, vous ferez bien :
      Vos pareils y sont misérables,
      Cancres, hères, et pauvres diables,
      Dont la condition est de mourir de faim.
      — (Jean de La Fontaine, Livre I, fable 5)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

OccitanModifier

 

ÉtymologieModifier

Du latin cancer.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
cancre
[ˈkaŋkɾe]
cancres
[ˈkaŋkɾes]

cancre [ˈkaŋkɾe] (graphie normalisée) masculin

  1. (Zoologie) Cancre, crabe (Cancer moenas).
    • Un gròs cancre de mar, de mofassa cubèrt. — (Auguste Vire)

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier