Voir aussi : Capharnaum

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin Capharnaum, De l’hébreu כפר נחום kafar nahum (« village de compassion, village de consolation »), ville judéenne et de Galilée (Bible) située au bord du lac de Tibériade, où Jésus fut assailli par une foule hétéroclite de malades cherchant la guérison. Un rapprochement phonétique avec cafourniau issu du latin furnus (« four »), petite pièce à côté de la maison servant de « débarras obscur » est possible.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
capharnaüm capharnaüms
\ka.faʁ.na.ɔm\

capharnaüm \ka.faʁ.na.ɔm\ masculin

  1. (Familier) Lieu qui renferme beaucoup d’objets entassés confusément.
    • Alors, lui, par mollesse, par paresse, a été prendre, suspendue à son clou dans mon laboratoire, la clef du capharnaüm ! — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
    • C’était un capharnaüm indescriptible de chevalets de toutes tailles portant ou non des tableaux à l’huile achevés, en cours ou à peine ébauchés, mais tous, quel que fût leur degré d’avancement, en l’état depuis très longtemps, ce qu’indiquait une épaisse couche de poussière voilant l’éclat des couleurs. — (Michel Rio, La Statue de la Liberté, Seuil (1997), coll. « Points », 2000, p. 89)
    • Dans le capharnaüm de la brocante étalée sur les trottoirs de la rue de Bratgne, il avait d’abord flâné sans conviction, […] — (Philippe Delerm, La bulle de Tiepolo, Gallimard, 2005, collection Folio, page 13.)
  2. (Figuré) Fouillis ; amas confus.
    • Il en était encore à la cité légendaire de 1849, à la ville des bandits, des incendiaires et des assassins, accourus à la conquête des pépites, immense capharnaüm de tous les déclassés, où l’on jouait la poudre d’or, un revolver d’une main et un couteau de l’autre. — (Jules Verne, Le Tour du monde en 80 jours, 1873)
    • Mais dans ce capharnaüm d’idées et de théories, il est de bon aloi que les Sceptiques du Québec prennent la parole. — (Claude Mac Duff, Survol des croyances et « religion » extraterrestres, dans Le Québec sceptique, no 18, mai 1991)

SynonymesModifier

Quasi-synonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier