Voir aussi : Capon

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Sens 1 : poltron) (1628) De l’argot italien accapone (« gueux, flatteur »), d’origine incertaine.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin capon
\ka.pɔ̃\
capons
\ka.pɔ̃\
Féminin caponne
\ka.pɔn\
caponnes
\ka.pɔn\

capon \ka.pɔ̃\ masculin

  1. (Vieilli) (Familier) Poltron, couard, lâche.
    • Hier, en allant me faire arracher ma dent, j’ai passé sur la place du Vieux-Marché, où l’on exécutait autrefois, et en analysant l’émotion caponne que j’avais au fond de moi, je me disais que d’autres à la même place en avaient eu de pires, et de même nature pourtant ! l’attente d’un événement qui vous fait peur ! — (Gustave Flaubert, Correspondance, lettre à Louise Colet, 1er mai 1853)
    • Je n’étais décidément pas fait pour le travail sous terre ; la vie en plein air, avec le ciel sur la tête, même un ciel neigeux, me convenait mieux. Ce fut ce que j’expliquai à l’oncle Gaspard et au magister, qui furent, celui-ci surpris, celui-là peiné de mes mauvaises dispositions à l’égard du travail des mines ; Carrory, que je rencontrai, me dit que j’étais un capon. — (Hector Malot, Sans famille, 1878)
    • En résumé, tout ça prouve, une fois de plus, que le paysan français n’est pas aussi capon que le disent ceux qui voudraient que ce soit vrai. — (Émile-Ambroise Thirion, La Politique au village, Fischbacher, 1896, page 287)
  2. (Bourgogne) Étourdi, abasourdi.
    • Cent mille ? Déjà ? c’est plus que je ne dépense en un an à la Rouéchotte ! coupa Gilbert, tout capon. — (Henri Vincenot, Le Pape des escargots, 1972, page 138)
  3. (Géographie) Relatif au Cap-de-la-Madeleine, ancienne ville québécoise, désormais secteur de la ville de Trois-Rivières [1].

NotesModifier

La ville de Cap-de-la-Madeleine n’existe plus depuis 1er janvier 2002, par suite d’un regroupement municipal. Son territoire fait maintenant partie de la ville de Trois-Rivières [1].

VariantesModifier

Cap-de-la-Madeleine (2) :

SynonymesModifier

Poltron (1) :

TraductionsModifier

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
capon capons
\ka.pɔ̃\

capon \ka.pɔ̃\ masculin (pour une femme on dit : caponne)

  1. (Vieilli) (Familier) Substantif de l’adjectif.
    • Vrai, comme Dieu est là-haut, vous n’avez jamais été soldat ; mais, comme un brave garçon que vous êtes, puisque votre régiment est au feu, vous voulez y paraître, et ne pas passer pour un capon. — (Stendhal, La Chartreuse de Parme, 1939, livre 1, chap. 3)
    • Quand je rouvris les yeux, je vis au large de la place l’amant éploré qui fuyait comme un capon. Je compris qu’il était aussi lâche que moi et qu’il ne savait plus où terrer sa couardise. — (Pierre Magnan, Guernica, Denoël, 1991)

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
capon capons
\ka.pɔ̃\

capon \ka.pɔ̃\ masculin

  1. (Marine) Palan muni d’un crochet de fer qui sert à hisser l’ancre au bossoir.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Ancien occitanModifier

 

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin caponem.

Nom commun Modifier

capon \Prononciation ?\ masculin

  1. Chapon.

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Emprunt à l’ancien français capon, variante du nord de la France de chapon.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
capon
\Prononciation ?\
capons
\Prononciation ?\

capon \Prononciation ?\

  1. Chapon (coq châtré).

OccitanModifier

 

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1) (Date à préciser) Dérivé de cap avec le suffixe -on.
(Nom commun 2) (Date à préciser) Du latin caponem.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
capon
[ka.ˈpu]
capons
[ka.ˈpus]

capon [kaˈpu] (graphie normalisée) masculin

  1. Petite tête.
  2. (Agriculture) Bouture de vigne.
  3. (Marine) Capon, crochet à lever l’ancre.

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

(1) :

(2) :

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
capon
[ka.ˈpu]
capons
[ka.ˈpus]

capon [ka.ˈpu] (graphie normalisée) masculin

  1. Chapon, coq châtré.
  2. (Boucherie) Boîte à la moelle, pièce de l’épaule du bœuf à laquelle le paleron et le collier se joignent.
  3. Croûte de pain frottée d’ail qu’on met dans la salade.
  4. Morceau de pain bouilli qu’on sert sur les potages maigres.
  5. Biscuit, noyau de pierre à chaux mal calciné.
  6. (Ichtyologie) Truie de mer.
  7. Pâté d’encre.
  8. (Botanique) Eupatoire d’Avicenne, plante dont on mange les jeunes pousses en salade.
  9. Capon, lâche.
  10. Fripon, polisson, gueux, coquin, vaurien.
  11. Celui qui prête de l’argent aux joueurs, dans une société de jeu.
  12. Commissionnaire.
  13. (Limousin) Gros bonnet, richard.

Variantes dialectalesModifier

  • chapon (limousin, vivaro-alpin)

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Chapon (1) :

Croûte de pain (3) :

Noyau de pierre (5) :

Truie de mer (6) :

Encre (7) :

Eupatoire d’Avicenne (8) :

Lâche (9) :

Fripon (10) :

Commissionnaire (12) :

Richard (13) :

Nom commun 3Modifier

Singulier Pluriel
capon
[kaˈpu]
capons
[kaˈpus]

capon [ka.ˈpu] (graphie normalisée) masculin

  1. Besace de berger cousue à la cape.
  2. Palier d’un escalier.

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Besace (1) :

Palier (2) :

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  • Jean-Claude Rixte, Jean-Alexandre Cluze, Dictionnaire des dialectes dauphinois anciens et modernes par l’abbé Louis Moutier, IEO-Drôme/ELLUG, Montélimar/Grenoble, 2007
  • Josiana Ubaud, Diccionari ortografic, gramatical e morfologic de l’occitan segon los parlars lengadocians, Trabucaire, 2011

PicardModifier

 

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) De l’ancien français capon, variante de chapon, du latin caponem.

Nom commun Modifier

capon \ka.pɔ̃\ masculin

  1. (Zoologie) Chapon.

RéférencesModifier

  • Jean-Baptiste Jouancoux, Études pour servir à un glossaire étymologique du patois picard, 1880, vol. I