FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin caprinus (« de chèvre ») → voir caper et capra (« bouc, chèvre »).

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin caprin
\ka.pʁɛ̃\
caprins
\ka.pʁɛ̃\
Féminin caprine
\ka.pʁin\
caprines
\ka.pʁin\

caprin \ka.pʁɛ̃\

  1. Relatif à la chèvre.
    • Élevage caprin.
  2. Qui rappelle la chèvre.
    • Matthieu [aide-charpentier] était très grand, très brun, un peu rougissant […] avec de beaux yeux trop rapprochés dans sa figure coupante, caprine. — (J. de La Varende, Amours, 1944)

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
caprin caprins
\ka.pʁɛ̃\

caprin \ka.pʁɛ̃\ masculin

  1. (Agriculture) Animal de la sous-espèce de mammifère de l’ordre des ruminants, à cornes creuses et persistantes et à menton garni d’une barbe (Capra aegagrus hircus).
    • Dans une bonne partie de l’Afrique et de l’Asie, les caprins sont principalement élevés pour leur viande, mais le propriétaire et sa famille en consomment également le lait. Dans d’autres pays, c’est surtout ce dernier qui est recherché, la production de viande gardant néanmoins une certaine importance… La production de fibres textiles connaît un essor important. — (Wiener Gerald, Rouvier Roger, Amélioration génétique animale, 280 p., pages 206-207, 2009, Quae/ CTA/ Presses agronomiques de Gembloux, Agricultures en poche, présentation)
  2. (Au pluriel) Sous-famille de la famille des bovidés : les caprinés. (En particulier) Les chèvres domestiques ou les caprinés du genre Capra.

SynonymesModifier

sous-famille

HyperonymesModifier

sous-famille (2)

HyponymesModifier

sous-espèce (1)

sous-famille (2)


TraductionsModifier

Voir aussiModifier

  • caprin sur l’encyclopédie Vikidia  

RéférencesModifier

Ancien occitanModifier

 

ÉtymologieModifier

Du latin caprinus.

Adjectif Modifier

caprin masculin

  1. Caprin.

SynonymesModifier

Voir aussiModifier

  • caprin sur l’encyclopédie Vikidia  

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844