FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1450) Déverbal de caqueter.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
caquet caquets
\ka.kɛ\

caquet \ka.kɛ\ masculin

  1. (Sens propre) Gloussement de la poule.
    • Au caquet des poules, au crottin des percherons succèdent les ronflements des moteurs, les irisations, sur les pavés, de l'huile minérale. — (A. Arnoux, Paris-sur-Seine, 1939)
    1. Piaillerie.
      • Dans une allée perpendiculaire à la première on entendait le caquet de mille oiseaux des îles. — (Francis Jammes, Mémoires, 1921)
  2. (Figuré) (Familier) Babil indiscret.
    • Caquet importun.
    • Avoir bien du caquet.
    • Elle a le caquet bien affilé.
    • Elle possédait le caquet et la coquetterie des filles entichées de balivernes. — (Joris-Karl Huysmans, À rebours, 1884)
    • Les remarques que suscitait Montaigne étaient nombreuses et variées. Les névropathes sont grands lecteurs. Ils connaissent leur affaire, les phases par lesquelles ils doivent passer, les complications qui les menacent, les traitements que l’on peut essayer. Ils ergotent, et l’auteur des Essais est le roi des ergoteurs, puisqu’il mêle à ses bavardages délicieux jusqu`aux auteurs de l’Antiquité. Ces caquets d’un coliquard sublime avaient donc le plus grand succès. — (Léon Daudet, Souvenirs littéraires – Devant la douleur, Grasset, 1915, réédition Le Livre de Poche, page 170)

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

OccitanModifier

ÉtymologieModifier

Déverbal de caquetar.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
caquet
[kaˈket]
caquets
[kaˈkets]

caquet [kaˈket] (graphie normalisée) masculin

  1. Caquet.
    • Après la plueja sòrt la cacalausa, e lo caquet après lo vin. — (Proverbe)

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

RéférencesModifier