FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(sens 1) (1636) De carnèle ou carnelle (1611), lui-même de carneau, altération de créneau. — (Grand Larousse de la langue française en sept volumes, 1971)
  • Cran, wall. cren, vfr. crenne, entaille, pays de Coire crenna (cp. le mha. krinne), du L. crena, rainure entaille. — D. créneau, vfr. crenel, et par transposition de l’r : carnel, carneau, -èle (d’où carneler) ; créner . — (Auguste Scheler, Dictionnaire d’étymologie française d’après les résultats de la science moderne, 1888)
(sens 2) De carne.

Verbe Modifier

carneler \kaʁ.nə.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Héraldique, Numismatique) (Vieilli) Ajouter une carnèle (genre de bordure) à une monnaie (la carnèle paraît autour du cordon de la légende) ou un blason (le bord de l’écu).
  2. (Vieilli) Faire boucherie.
    • Dans les temps de la glandée, il est défendu de les conduire dans les bois d’autrui ; et celui qui en trouve dans son bois, est autorisé à en carneler un de chaque troupeau par jour. Carneler est le synonyme de tuer ; mais avec cette différence qui se trouve expliquée par les art. 42 et 43 de la coutume d’Arras. « Carneler est tuer le bétail et le convertir en ses usages, c’est-à-dire, à son profit ; mais tuer est l’occire sans en faire son profit […] » — (Jean François Fournel, C. Tardif, Traité du voisinage, tome second, 4e édition, Videcoq, Libraire, Paris, 1834)
    • L’accord de 1317 prévoyait ainsi que, si les hommes de Lies et Travesseres introduisaient sur les terres, objets du litige, du bétail possédé à mi-part par les hommes en guerre contre ceux d’Andorre, ces derniers pourraient carneler les troupeaux impunément […] — (Roland Viader, L’Andorre du IXe au XIVe siècle : montagne, féodalité et communautés, Presses universitaires du Mirail, 2003)

NotesModifier

L’existence du mot carnèle fait préférer une conjugaison en -èle (« je carnèle ») à plusieurs auteurs, mais quelques autres donnent une conjugaison en -elle (« je carnelle »), car au XVIIIe siècle on écrivait carnelle (dans le dictionnaire de Trévoux, notamment).

DérivésModifier

Faire boucherie :
  • carnelage
    • Le droit d’octroi sur les bestiaux est également une imitation de celui que les seigneurs féodaux percevaient sous le nom de carnelage. — (Albert Buret, Question des octrois, 1870)

PrononciationModifier

RéférencesModifier