Étymologie

modifier
(1357)[1] En ancien français carquais[2], corruption, sous l’influence de carcois (« carcasse »)[3] de tarcois, tarcais, emprunté via le grec byzantin ταρκάσιον, tarkásion, au persan ترکش, tarqash[3].

Nom commun

modifier
Invariable
carquois
\kaʁ.kwa\
 
Carquois de ceinture

carquois \kaʁ.kwa\ masculin

  1. Étui à flèches.
    • On voit que le bushman avait renoncé au carquois d’aloës et aux flèches empoisonnées de ses compatriotes pour employer les armes européennes. — (Jules Verne, Aventures de trois Russes et de trois Anglais, 1872)
    • Sur un signe de la Tête-d’Aigle, les fusils s’étaient redressés, et les flèches étaient rentrées au carquois. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
  2. (Cycle du combustible nucléaire) Étui conçu pour la manutention, le transport ou l’entreposage des crayons de combustible nucléaire.

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier
  • carquois sur l’encyclopédie Wikipédia  

Références

modifier