carte de visite

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
carte de visite cartes de visite
\kaʁt də vi.zit\

carte de visite \kaʁt də vi.zit\ féminin

  1. Petite carte sur laquelle on a écrit ou fait graver son nom et qu’on laisse à la porte des personnes qui se trouvent absentes lorsqu’on va pour leur rendre visite.
    • La carte de visite s'utilise pour remercier (invitation, cadeau), féliciter (fiançailles, mariage, naissance), accompagner un cadeau, exprimer des vœux. En aucun cas, elle ne remplace une lettre quand celle-ci s'impose (condoléances, lettre de château). — (Savoir-vivre > Correspondance > Usuelle > Quelques généralités d'usage, sur le sire du Bottin mondain (www.bottin-mondain.fr/) , consulté le 2 août 2016)
    • L’un d’eux planait à une grande hauteur et semblait immobile au milieu d’un océan de lumière. Romero ne put résister au plaisir de lui envoyer une balle en manière de carte de visite. Le plomb emporta une des grandes plumes de l’aile, et l’aigle, avec une majesté indicible, continua sa route comme s’il ne lui était rien arrivé. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • (Figuré) — […] tandis que l’art égyptien, l’art mexicain, l’art grec, l’art romain avec leurs chefs-d’œuvre taxés d’inutiles, ont attesté l’existence de ces peuples dans le vaste espace du temps, là où de grandes nations intermédiaires dénuées d’hommes de génie ont disparu, sans laisser sur le globe leur carte de visite ! — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  2. Petite carte portant le nom du détenteur et les différentes manières de le contacter; en général échangée par les hommes d’affaires lors de leur première rencontre.
    • Joseph, le valet de chambre, entra, présenta à son maître un plateau de vieux laque japonais, au centre duquel une carte de visite se pavanait. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Gavinard)
    • Je me baissai pour ramasser le portefeuille et les cartes de visite qui s’étaient envolées dans le ruisseau. — (Henry Miller, « L’Ancien Combattant alcoolique au crâne en planche à lessive », dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier