cascadeur

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de cascade avec le suffixe -eur.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
cascadeur cascadeurs
\kas.ka.dœʁ\

cascadeur \kas.ka.dœʁ\ masculin (pour une femme on dit : cascadeuse)

  1. Artiste sportif qui double un acteur dans les scènes dangereuses ou acrobatiques.
    • Sans doute parce que ce n’est évidemment pas Kelly qui accomplit effectivement les cascades dans les plans 2, 4 et 6 et qu'il faut bien qu’on ne voie pas trop que c’est en fait un cascadeur qui a pris le relais. — (Iris, Numéros 17 à 20, 1994)
    • La « grande bouffe » n'était ni la première, ni la dernière opération farfelue ayant pour cadre le sommet du mont Blanc. Le 17 janvier 1982, le cascadeur Michel Chirouze fait déposer au sommet une voiture par un hélicoptère venu de Berne et passé par le versant italien. — (François Labande, Sauver la montagne, Editions Olizane, 2004, page 29)
    • Il était très dur avec les cascadeurs aussi. Il y avait beaucoup de chevaux qui mouraient dans les scènes d'actions. Des cascadeurs étaient gravement blessés. Il n'avait pas d'attention pour eux. Il voulait juste faire de bons plans. — (Thomas Révay, Ciné-Bazar, les entretiens, tome 1 : A/J, éd. LettMotif, 2018, page 183)

TraductionsModifier

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin cascadeur
\kas.ka.dœʁ\

cascadeurs
\kas.ka.dœʁ\
Féminin cascadeuse
\kas.ka.døz\
cascadeuses
\kas.ka.døz\

cascadeur \kas.ka.dœʁ\

  1. (Littéraire) Qui tombe en cascade.
    • Et Béru s’étouffe ; son rire est une chose énorme, grasse, visqueuse, déferlante, torrentielle, cascadeuse, puissante ! — (Frédéric Dard (San-Antonio), La vérité en salade, Fleuve Noir, 1973)
    • Chacun de ses regards était une caresse ; ses paroles faisaient une petite musique pure et cascadeuse ; son cahier débordait de toutes les lettres qui existent, calligraphiées avec un soin extrême. — (Alain Gerber, Le lapin de lune, Robert Laffont, 1982)
    • Une abondante chevelure auburn lui dégringolait en boucles cascadeuses jusqu’aux épaules nues [...]. — (Tito Topin, 55 de fièvre, Série noire, Gallimard, 1983, pages 10-11)
    • Une succession de sensations qui n’en font qu’une. Savoir comment chaque geste suscite le même effet, le grincement de la porte du salon, le silence de la porte de la chambre, ce craquement du parquet juste à gauche du placard, la petite reprise cascadeuse du remplissage de la chasse d’eau. — (Philippe Delerm, Le trottoir au soleil, Gallimard, 2011, collection Folio, pages 71-72)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • cascadeur sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier