Étymologie

modifier
(Date à préciser) De castor, avec le suffixe -ine.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
castorine castorines
\kas.tɔ.ʁin\

castorine \kas.tɔ.ʁin\ féminin

  1. (Textile) (Vieilli) Étoffe de poils de castor et de laine légère et soyeuse.
    • Il portait une longue redingote de castorine verte et un chapeau rond. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • Tu te mettras en grosse redingote de castorine, tu auras l’air d’être un propriétaire aisé du quartier. — (Honoré de Balzac, La Cousine Bette, 1846)
    • Le castor fournit un pelage duveteux, très fin avec de longs poils brillants. C’est une matière textile de luxe qui vient de Sibérie ou du centre de l’Amérique. On le mélangeait à la laine pour la fabrication d’une étoffe spéciale appelée castorine. — (D. de Prat, Nouveau Manuel complet de filature ; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  2. (Vieilli) Extrait de castoréum par de l’alcool bouillant.
    • L’éther dissout fort bien la castorine ; les huiles volatiles ne la dissolvent qu’à chaud […] D’après Brandes, la castorine donnerait avec l’acide nitrique un produit acide analogue à l’acide ambréique. — (Justus von Liebig, Traité de chimie organique, tome 2, traduction de Charles Gerhardt, 1842)

Traductions

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références

modifier