cataplasme

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin cataplasma, de même sens.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
cataplasme cataplasmes
\ka.ta.plasm\

cataplasme \ka.ta.plasm\ masculin

  1. (Médecine) Topique, emplâtre sous la forme d’une bouillie qu’on applique sur une partie du corps.
    • La fiente de Chévre a la vertu d'amollir les tumeurs schirreuses, de quelque difficile résolution qu'elles soient, principalement les duretez invétérées des genoux, la mêlant avec farine d'Orge & Oxycrat en forme de cataplasme. — (Nicolas Alexandre, La médecine et la chirurgie des pauvres : qui contiennent des remèdes choisis faciles à préparer et sans dépenses pour la plupart des maladies internes et externes qui attaquent le corps humain, Paris : chez Laurent Le Conte, 1753, page 425)
    • Si le bain de pieds ne soulage pas l’enfant, vous mettrez à chaque pied un cataplasme de farine de graine de lin saupoudré de camphre que vous laisserez une bonne demi-heure. — (Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur, La Santé des enfants)
    • — Ernestine. Que contient ce récipient ? du poivre ou de la graine de moutarde pour les cataplasmes ?
      — Vous n’avez qu’à sentir…
      Jeanne avance le nez, renifle et éternue, coup sur coup, trois fois.
      — C’est du poivre ! constate Marie…
      — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 123.)
    • Moins l'habit et la cornette, c'est une sœur de la charité qui pose des ventouses, des cataplasmes, applique des sinapismes, masse les rhumatisants, ensevelit les morts. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Cataplasmes. Ce sont des pansements épais que l’on applique sur les blessures très infectées et sur les abcès pour faire sortir le pus et combattre l’infection. — (Bill Forse, Christian Meyer, et al., Que faire sans vétérinaire ?, Cirad / CTA / Kathala, 2002, page 351)

DérivésModifier

TraductionsModifier

ParonymesModifier

RéférencesModifier