FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin médiéval cathari. Du grec ancien καθαρός, katharós (« pur ») : les fidèles étaient purs de tout rapprochement à Lucifer. La véritable origine du terme (Eckbert de Schönau, Sermones adversus catharos) vise à assimiler certains chrétiens qualifiés d'hérétiques à des adorateurs du chat (katers) c’est-à-dire du diable.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
cathare cathares
\ka.taʁ\

cathare \ka.taʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Religion) Relatif au catharisme.
    • C'est en Occitanie que le mouvement cathare connut son plein développement. Cela peut s'expliquer par la déliquescence de l’Église catholique, par une volonté d’indépendance par rapport au pouvoir capétien et aux gens de France qui parlaient la langue d’oïl alors que les gens d’Occitanie employaient la langue d’oc. — (Michel Peyramaure, La Passion cathare, tome 2 : Les Citadelles ardentes, Éditions Robert Laffont, 2012, note en fin de volume.)
    • (Figuré) Je devins cathare, je confondis la littérature avec la prière, j'en fis un sacrifice humain. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 151.)

SynonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
cathare cathares
\ka.taʁ\

cathare \ka.taʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Religion) Adepte d’un mouvement religieux dualiste chrétien médiéval.
    • D’ici furent dirigés ces inquisiteurs qui allèrent brûler Vaudois, cathares, fraticelles, béguins, sorciers, envoûteurs, magiciens, flagellants, ou juifs convertis, mais soupçonnés de sortilèges. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier