Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin cingere (« ceindre, entourer »).

Verbe Modifier

ceindre \sɛ̃dʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Entourer ; environner.
    • Pendant que le « grand frisé » s’occupe du déjeuner, nous allons promener les enfants dans les allées de tilleuls qui ceignent les débris des vieilles tours de garde du château. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Sylvie, 1854)
    • Cette zone forestière correspond à la région humide des nuages qui ceignent les flancs du pic pendant la majeure partie de l’année et qui se dissipent généralement le soir pour reparaître peu après le lever du soleil. — (Frédéric Weisgerber, Huit jours à Ténériffe, dans la Revue générale des sciences pures et appliquées, Paris : Doin, 1905, vol.16, pp. 1041)
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. (En particulier) Serrer et entourer quelque partie du corps, en parlant d’une chose.
    • Et, embrassant son ami, il s’habilla, ceignit son épée, sortit de la chambre, descendit aux écuries, […]. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Marions nos mains, toi qui, monarque éphémère, ceins la couronne de papier doré, […]. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Cela intéressait vivement notre maître d’hôtel pourtant, car le voici ceint de son blanc tablier, la mine souriante, […]. — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

ParonymesModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

ceindre \Prononciation ?\ 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Ceindre (une arme, etc.).
    • Et vestent les aubers s’ont les elmes fremés
      Et çaignent les espees as senestres costés
      — (Élie de Saint-Gilles, manuscrit 25516 français de la BnF, fol. 85r.)