Voir aussi : ceinturé

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1615) De l’ancien français ceintuir, ceinturee, ceintuaire, ceinture, lui-même du latin cinctura, bande de tissu entourant la taille.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
ceinture ceintures
\sɛ̃.tyʁ\
 
Une ceinture en cuir.

ceinture \sɛ̃.tyʁ\ féminin

  1. (Génériquement) Dispositif qui entoure.
    • mais dans les zones de faible densité humaine, la zone dite de parc « limité » est maintenant entourée d’une ceinture — (Jean-Marc Boffa, Les parcs agroforestiers en Afrique subsaharienne, Food & Agriculture Org, 2000, page 27)
    1. (Urbanisme) Construction, plantation, aménagement qui clôture un espace.
    2. (Architecture)  Petite moulure de profil carré au haut et au bas du fût d’une colonne auquel elle se joint par un congé.
      • On donne aussi le nom de ceinture de colonne, dit M. Quatremère de Quincy, à certains rangs de feuilles de refend en métal, posées sur un astragale en manière de couronne […] — (Dictionnaire de la conversation et de la lecture : Ce-Cha. 12, Asher, 1834, page 15)
    3. (Construction) Poutraison en bois ou en béton posée sur les murs d’un bâtiment et servant d’assise à la charpente.
      • Dans le premier cas, plancher et ceinture sont armés ensemble et les ceintures vont s’articuler sur les poteaux porteurs ou sur les raidisseurs. — (Alain Billard, Risques sismiques et patrimoine bâti, Editions Eyrolles, 2014, page 267)
    4. (Habillement) Ruban de soie, de fil ou de cordon, bande de cuir, ou autre chose semblable, dont on se ceint la taille.
      • […] ; un couteau pourvu de nombreuses lames et probablement de peu d’utilité, une boussole, un sifflet, etc… pendaient à sa ceinture ; […]. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
      • Toutes les clés de la maison, des armoires et des coffres, cliquetaient autour de sa taille en un trousseau noué à sa ceinture. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 22-23)
      1. (Particulièrement) (Sports de combat) Sorte de ruban de tissu coloré qui indique le niveau ou le grade du combattant.
        • On peut changer de ceinture en passant un kata : c’est une démonstration devant un professeur ou un jury. — (Jean-Michel Billioud, Le judo - Questions/Réponses, Nathan, 2017)
      2. (Particulièrement) (Religion) Corde tressée ceignant la taille des moines cordeliers.
        • […] & sur la robe une grosse ceinture de corde où il y a des nœuds, & à cause de cette ceinture, on appelle ce Religieux Cordelier. — (Pierre Richelet, Dictionnaire de la langue françoise, ancienne et moderne, Volume 1, Chez Jean-Marie Bruyset Imprimeur-Libraire, 1759, page 594)
  2. (Par extension) Dispositif qui entoure une partie du torse. → voir se serrer la ceinture et ceinture orthopédique
    • En assurant le maintien de vos organes, cette ceinture musculaire préserve votre plancher pelvien (périnée) et le protège pendant vos activités sportives. — (Nadine Lebreuil, Tout doux les abdos !, Éditions Leduc.s, 2017, page 18)
    1. (Vieilli) (Par métonymie) Longue bourse en cuir qui se ceignait autour des reins et dont se servaient les voyageurs, les marchands.
      • Aussi « discingere » qui au propre signifie ôter la ceinture, signifie-t-il aussi quelquefois au figuré « dépouiller, détrousser » — (Claudius de Vert, Explication simple, littérale et historique des cérémonies de l’église, Volume 2, chez Florentin Delaulne, 1708, page 499)
    2. (Habillement) Partie d’un vêtement qui serre la taille.
      • Cinq volants pareils, découpés et à téte, garnissent le bord inférieur ; ils se continuent sur le lé de devant jusqu’à la ceinture. — (La Mode illustrée : journal de la famille, 1869, page 122)
    3. (Anatomie) Endroit du corps où l’on situe la taille.
      • Ils sont nus depuis la tête jusqu’à la ceinture , même les Princes. — (Histoire universelle, depuis le commencement du monde jusqu’à présent, Volume 51, Moutard, 1783, page 40)
    4. (Société) Dispositif de maintien ou de sécurité d’une personne. → voir ceinture de sécurité et ceinture de chasteté
      • Le chauffeur et le secrétaire portent une ceinture de sauvetage […] — (Les Temps modernes : revue mensuelle, Numéros 143 à 148, Imp. Chantenay, 1958, page 1778)

SynonymesModifier

anatomie :

urbanisme :

sécurité :

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   ceinture figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : avion.

HyponymesModifier

MéronymesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Interjection Modifier

ceinture \sɛ̃.tyʁ\

  1. (Vieilli) Exprime la privation de ce qui était attendu ou espéré.
    • Ces loustics prennent l'argent, vont le boire ou le dissiper au jeu et, comme renseignements, ceinture. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe ceinturer
Indicatif Présent je ceinture
il/elle/on ceinture
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je ceinture
qu’il/elle/on ceinture
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
ceinture

ceinture \sɛ̃.tyʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de ceinturer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de ceinturer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de ceinturer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de ceinturer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de ceinturer.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

ceinture \Prononciation ?\ féminin

  1. Ceinture.

VariantesModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier