Voir aussi : chancré

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin cancer (« crabe », « cancer ») qui a donné, en français cancre et chancre lesquels signifiaient « écrevisse » et « ulcération des chairs » ; l'un a gardé un sens métaphorique, l'autre un sens médical.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
chancre chancres
\ʃɑ̃kʁ\

chancre \ʃɑ̃kʁ\ masculin

  1. (Désuet) Écrevisse, crabe. (Parfois encore utilisé en Charente-Maritime).
  2. (Médecine) Ulcère qui ronge les parties environnantes.
    • — J’allais autrefois à l’hôpital Broca où l’un de mes anciens camarades de lycée était externe en médecine. J’ai vu passer au spéculum toutes les filles, avec leurs maladies. J’ai vu passer les petites femmes du Quartier qui ont un chancre et qui rient parce qu’on leur a dit : « La vérole n’est rien. Pendant trois ans on prend des pilules. » J’ai vu passer les femmes qui ont dix-huit mois de vérole et qui pleurent. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, pages 119-120)
    • En pratique, la recherche directe du tréponème pâle se fera essentiellement au niveau du chancre, des adénopathies, des plaques muqueuses et des syphilides cutanées. — (Michel Vaubourdolle, Infectiologie, page 331, Wolters Kluwer France, 2007)
  3. Ulcère qui attaque le gros bétail et qui commence par occuper le dessous de la langue d’où il s’étend rapidement vers les parties environnantes.
  4. (Arboriculture, Phytopathologie, Sylviculture) Maladie causée par des champignons microscopiques qui survient aux arbres et qui les ronge.
    • Le Nectra galligena est responsable du chancre du pommier qui se forme à la suite d’une blessure par outil ou d’un dégel brutal. Cantonné sous l’écorce, il en provoque le détachement puis attaque le bois. — (Delahaye Thierry & Vin Pascal, Le pommier, 95 p., page 32, 1997, Actes Sud, Le nom de l'arbre)
  5. (Figuré) Vice d’administration, fléau public qui appauvrit l’État, qui le ruine insensiblement.
    • La vénalité est un chancre qui dévore ce pays.
  6. (Figuré) Ce qui ronge, obsède, détruit.
    • De ma vie je n’ai donné d’ordre sans rire, sans faire rire ; c’est que je ne suis pas rongé par le chancre du pouvoir : on ne m’a pas appris l’obéissance. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 20.)

DérivésModifier

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe chancrer
Indicatif Présent je chancre
il/elle/on chancre
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je chancre
qu’il/elle/on chancre
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
chancre

chancre \ʃɑ̃kʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de chancrer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de chancrer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de chancrer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de chancrer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de chancrer.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier