FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIXe siècle) Dérivé de (faire) chanter avec le suffixe -age.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
chantage chantages
\ʃɑ̃.taʒ\

chantage \ʃɑ̃.taʒ\ masculin

  1. Action d’extorquer de l’argent à quelqu’un en le menaçant de le diffamer.
    • Certains articles sentent la pression, tantôt légère, tantôt brutale. Il y a un mot pour ce genre de littérature.
      — Je sais : chantage. […]. Mais le chantage est un délit, Monsieur le juge. Il faut l'établir.
      — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 240)
  2. (Figuré) Action de contraindre quelqu’un en le menaçant de quelque chose.
    • Mais ce n’est pas seulement par goût de la tyrannie que les policiers agissaient ainsi, c’est aussi par goût du lucre. Les tracasseries, le « chantage » qu’ils exerçaient sur les juifs apeurés avaient pour but de leur extorquer de fréquentes « étrennes ». — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Dans ce cauchemar, je ne séparais plus qu’avec difficulté les menaces qu’il fallait prendre au sérieux, du chantage gratuit. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Des petits malins ont enregistré des marques dans l'espoir de les revendre à prix d'or, les plus retors allant jusqu'au chantage : sfr.com a ainsi renvoyé un temps sur le site du concurrent France Télécom ! Le cybersquat est cependant systématiquement condamné par les tribunaux français. — (« Sur internet, votre nom vaut de l'or », par Laurent Barbotin, le 30/08/2001, sur le site L'Express/L'Expansion (https:/lexpansion.lexpress.fr))

TraductionsModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
chantage chantages
\ʃɑ̃.taʒ\

chantage \ʃɑ̃.taʒ\ masculin

  1. (Pêche) (Vieilli) Type de pêche où l'on fait du bruit pour chasser le poisson dans les filets.

SynonymesModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • chantage sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier