FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’occitan chacar ou charcar « se quereller », « frapper ».

Verbe Modifier

charcler \ʃaʁ.kle\ transitif ou intransitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se charcler)

  1. Tailler dans le vif.
    • On a fait une émission de télé sur France 2, euh, "100 mn pour convaincre", j’l’ai charclé autant que j'pouvais l’charcler, il en est pas sorti... euh voilà. — (Jacques Le Bohec, L'implication des journalistes dans le phénomène Le Pen, 2004)
  2. Assassiner.
    • La réalité, c'est que je me suis bougé pour récolter des infos sur le meurtre de Noy. Je l'avais copieusement niquée dans un hôtel de Pigalle et une semaine plus tard, un mec la charcle. Je me demande si quelqu'un essaye de me faire plonger […]. — (Johann Zarca, Le Boss de Boulogne, Don Quichotte éditions, 2014)
    • C’était qui ce gars qui s’est fait charcler ? — (Lucien Lubrano, Une lueur dans les yeux, 2010)
    • Hier, le Boumian a essayé de me charcler. — (Franz-Olivier Giesbert, L’immortel, 2007)
  3. Battre, frapper.
    • J'suis à deux recalages de charcler l'videur. — (Seth Gueko, À deux doigts, sur l'album Drive by en caravane, 2008.)

PrononciationModifier