FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin canalis qui donne aussi canal et chéneau.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
chenal
\ʃə.nal\
chenaux
\ʃə.no\
 
Un chenal (1).

chenal \ʃə.nal\ masculin

  1. Canal naturel ou artificiel à l’entrée d’un port.
    • Je savais par mes cartes qu’un étroit et tortueux chenal, d’environ 150 mètres de largeur, menait au port et que rien ne l’indiquait à la surface de la mer. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    1. (Par extension) Passe navigable qui conduit à cette entrée.
    2. (Marine) Toute fracture ou passage à travers la glace de mer accessible à un navire de surface.
      • Chenal côtier : Passage se trouve entre la glace dérivante et le rivage.
      • Chenal de séparation : Passage entre la glace dérivante et une banquise côtière.
      • Les lagunes ou les chenaux qui se forment entre les floes et les floebergs sont souvent vastes et larges. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    3. Endroit le plus profond d’un fleuve ou d’une rivière par où se fait la navigation.
    4. Courant d’eau pratiqué pour l’usage d’un moulin.
  2. (Charpenterie) Chéneau.

NotesModifier

Rarement, on trouve le pluriel chenals.

DérivésModifier

ComposésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   chenal figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : bateau.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • chenal sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier