FrançaisModifier

Forme de nom commun Modifier

chevals \ʃə.val\ masculin

  1. (Rare) (Par plaisanterie) Pluriel fantaisiste de cheval utilisé de manière humoristique dans certains écrits.
    • Et je me sens
      Comme un ver de terre dans le sable
      Comme un western sans les chevals [...].
      — (Les Fatals Picards, Seul et célibataire, 2007)
    • Est-ce qu'il y aura des larmes
      Dans les yeux des chevals ? [...].
      — (Les Fatals Picards, Le jour de la mort de Johnny, 2009)

NotesModifier

  L’usage de ce mot est fautif, le vrai pluriel est chevaux.
Dans le langage enfantin, chevals est utilisé par les enfants qui ne connaissent pas encore les règles d’accord.
Une insistante rumeur québécoise indique que chevals serait autorisé voire obligatoire en français moderne en lieu et place de chevaux[1], bien qu’elle soit démentie Référence nécessaire.

SynonymesModifier

RéférencesModifier

  1. Druide, La légende des chevals, Numéro 14, 27 février 2003

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

→ voir cheval.

Nom commun Modifier

Cas Singulier Pluriel
Cas sujet chevals cheval
Cas régime cheval chevals

chevals \tʃə.ˈvaɯ̯s\ ou \tʃə.ˈvau̯s\ masculin

  1. Cas sujet singulier de cheval.
    • Cist chevals molt est chiers.
  2. Cas régime pluriel de cheval.
    • Del rei paien en ad oüd granz duns, Or e argent, palies e ciclatuns, Muls e chevals e cameilz e leuns. — (La Chanson de Roland, Manuscrit d’Oxford, LXVIII, fin du XIe siècle, transcription de Raoul Mortier, 1940. Le mot chevals est présent 12 fois dans ce texte.) Le mot 'cheval' peut aussi s'écrire avec le pluriel 'chevals' ( modification 2014)
    • li homme mènent les chevals (prononcez chevaux) ou les chevals mènent li homme. — (Émile Littré, La Poésie homérique et l’ancienne poésie française)

Variantes orthographiquesModifier

  • chevaus
  • chevax (le « x » est une abréviation paléographique du « us » couramment utilisé dans les manuscrits)