Voir aussi : Chinois

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de Chine avec le suffixe -ois.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin chinois
\ʃi.nwa\
Féminin chinoise
\ʃi.nwaz\
chinoises
\ʃi.nwaz\

chinois \ʃi.nwa\

  1. Qui se rapporte aux Chinois, à la Chine.
    • À l’égard de la population des autres parties de l’empire chinois, nous croyons que l’on pourrait la porter tout au plus à 20 millions. — (Adriano (Adrien) Balbi, La Population des deux mondes, Revue des Deux Mondes, tome 1, 1829)
    • La forme de l’esclavage était celle de l’esclavage domestique et le sort des esclaves était certainement moins dur que celui des nègres qui travaillaient dans les plantations d’Amérique ou même les coolies chinois ou canaques qui les ont remplacés. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Les éditions de la porte, Rabat, 1947, p. 34)
    • C’est ce qui explique à la fois le caractère rachitique du secteur commercial créé par les petits colporteurs et boutiquiers chinois, et son développement à pas de tortue. — (Hai Quang Ho, Histoire économique de l’île de la Réunion (1849-1881), L’Harmattan, 2004, p. 288)
  2. Relatif à la langue parlée et écrite les sinophones.
    • Un caractère chinois.
    • L’écriture chinoise est arrivée au Japon vers le quatrième siècle.
  3. (Figuré) Compliqué, très difficile.
    • Un casse-tête chinois.

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier et pluriel
chinois
\ʃi.nwa\
Extrait de lecture du chinois (1) de la page Wikipédia 无盐村
 
Un chinois (3).

chinois \ʃi.nwa\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. (Linguistique) Langue sinitique principalement parlée par les Hans, ou son système d’écriture à base de sinogrammes. En particulier le mandarin, la langue officielle de la Chine, de Taïwan et l’une des langues officielles de Singapour, ou le chinois classique.
  2. (Figuré) Quelque chose de dur à comprendre.
    • C’est du chinois, je n’y comprends rien.
  3. (Cuisine) Passoire de forme conique, utilisée en art culinaire.
    • Quand tout est cuit, transvaser dans le mixeur, donner 3 impulsions, en ajoutant un peu d'eau (mais pas de lait) entre chaque impulsion, pour obtenir un velouté, que l'on passera au chinois afin qu'il soit bien lisse... David Rathgeber, Le babycook book, LEC communication (A.Ducasse), 2012, p. 28
    • Il tournait les sauces, les passait au chinois ; des tâches qui lui permettaient de développer sa capacité de concentration et d'exécuter des gestes contrôlés, minutieux. — (Julien Perfumo, Ces surdoués de la relation: Un regard sur les personnes porteuses de la trisomie 21, Bruyères-le-Châtel : Nouvelle cité, 2014, chap. 8)
  4. (Cuisine) (Par ellipse) Restaurant chinois.
    • Le chinois en bas de chez moi il avait trois spécialités : le travers de porc, les Gambas grillées et l’OUICHE Lorraine, alors tu penses... — (Hubert Bonnier, Ne viens pas à ton enterrement, Le Lys Bleu Éditions, 2018, pièce 11)
  5. (Cuisine) (Par ellipse) Plat préparé dont la recette est d’origine chinoise.
  6. (Cuisine) Autre nom du schneckenkuchen, viennoiserie d’origine allemande, composée de plusieurs petites brioches enroulées et garnies de crème pâtissière parfumée à la cannelle et au kirch.
  7. (Pâtisserie) Sorte de petit agrume que l'on utilise en confiserie.
    • On se mit à le praliner en surface et à le décorer de la moitié d'un chinois (sorte de kumquat confit et à l'eau-de-vie), ou d'une prune. La mode de ce décor passa. — (Jacques Charrette & Céline Vence, Le grand livre de la pâtisserie et des desserts, Éditions Albin Michel, 1995, p. 193)
    • Le chinois confit est déjà mentionné par Machet dans son Confiseur moderne, au début du XIXe siècle, sous le nom d'« orange de Chine ». Ce fruit n’est confit qu'après un long séjour dans l'eau fraîche, destiné à lui ôter son amertume. — (Annie Perrier-Robert, Dictionnaire de la gourmandise : Pâtisseries, friandises et autres douceurs, Éditions Robert Laffont, 2012)

NotesModifier

Le code de cette langue (chinois) dans le Wiktionnaire est zh.

SynonymesModifier

Langue (1)
Difficile à comprendre (2)
(4)

HyponymesModifier

Langues chinoises

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier