Voir aussi : Chose, chosé

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du moyen français chose, de l’ancien français chose, du bas latin causa (« chose »), du latin causa (« cause, affaire »). Ce dernier mot a supplanté le classique res (« chose ») ; toutefois rem, accusatif de res, a donné rien, d’abord au sens de « chose » en ancien français, puis « nulle chose », en raison de son emploi très fréquent en phrase négative.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
chose choses
\ʃoz\

chose \ʃoz\ féminin

  1. Objet, idée ou abstraction quelconque, sans avoir à l’identifier ou à la nommer. Note d’usage : La signification du mot chose se déduit par la manière dont on l’emploie dans la phrase, où il remplace ce qu’il n’est pas possible (ou pas souhaitable) de nommer. Peut aussi remplacer un ensemble d’objets inanimés (ou d’idées) qu’on devine par le contexte.
    • En effet, mon oncle, ma cousine donne dans le vrai de la chose. — (Molière, Les Précieuses ridicules, 1659)
    • Le vol des choses consacrées à Dieu était un sacrilège, parce que ce vol renfermait une profanation de choses saintes : tel était le vol des calices, ciboires, reliques, images et même des troncs d'église. — (Adolphe Chauveau & ‎Faustin Hélie, Théorie du Code pénal, Bruxelles : Imprimerie typographique belge, 1844, volume 3, page 40)
    • Madame Hanson a la gracieuseté de nous apporter des fleurs, la chose la plus précieuse qu'elle puisse nous offrir sous ce triste climat; […]. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 34)
    • Un des aspects courants de la sottise humaine est cette croyance, que l’on découvre chez tant d’honnêtes imprévoyants, que tout durera, à peu de chose près, comme nous voyons les institutions et les choses aujourd’hui. — (Louis Thomas, Arthur de Gobineau, inventeur du racisme (1816-1882), Paris : Mercure de France, 1941, page 123)
  2. Mot, idée, évènement ou énumération dont on parle.
    • « L’extraction venait d’être reprise ; et, sur les dalles de fonte, c’était un tonnerre continu, les berlines de charbon roulées sans cesse, les courses des moulineurs, dont on distinguait les longues échines penchées, dans le remuement de toutes ces choses noires et bruyantes qui s’agitaient. » — (Émile Zola, Germinal, 1885)
    • L’énorme rouf construit sur l’embarcation et son gréement, démontraient l’inexpérience totale que son propriétaire avait des choses de la mer […] — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Il y a mille jolies choses dans cet ouvrage.
    • Il a refusé de payer, la chose a été très mal vue.
    • Il a fort bien pris la chose.
    • Je vais vous expliquer la chose.
    • Les pommes, les poires, les cerises, les prunes : toutes ces choses sont des fruits.
  3. Concept, idée, ce qui a été, est, ou sera dit ou fait.
    • La chose du monde que je crains le plus, c’est…
    • Il lui a dit cent choses obligeantes, cent choses pour le fâcher.
  4. Événements (voire des forces) qui dépassent l'entendement et que des mots ne sauraient retranscrire.
    • Le cours naturel des choses.
    • Les choses de ce monde.
    • Dans cet état de choses.
  5. Dans des expressions.
    • C’est absolument la même chose : ceci est identique à cela.
    • Un véritable ami est une chose bien précieuse : par objectivation de l’ami à un objet usuel.
    • C’est autre chose : c’est différent.
    • Quelque chose que je lui aie dite, quelques choses que je lui aie dites, je n’ai pu le convaincre.
    • Voici bien autre chose.
    • Autre chose est de dire ceci, autre chose d’affirmer cela.
    • Chose étonnante, ils y consentirent.
    • L’idée et la chose : se dit pour exprimer la différence qu’il y a entre une chose telle qu’elle est et l’opinion qu’on s’en fait.
    • Dites-lui, dites-leur bien des choses de ma part : faites-lui, faites-leur bien des compliments.
    • Faire bien les choses : s’acquitter d’une politesse, d’une obligation, d’une façon convenable ; en particulier, traiter avec magnificence des invités.
    • La famille de la mariée avait bien fait les choses.
    • La chose publique : l’état (traduction littérale du latin res publica, qui a donné le mot république).
    • C’est chose faite : se dit en parlant d’une action accomplie.
    • Aller au fond des choses : ne pas s’arrêter à un examen superficiel.
  6. Inanimé par opposition à la personne.
    • Cela se dit également des personnes et des choses.
  7. Ce qui est réel, par opposition au nom ou au mot.
    • Le mot et la chose.
    • Vous ne nous donnez que des mots et nous voulons des choses.
    • Le nom épouvante plus que la chose.
    • Le nom ne fait rien à la chose.
  8. (Vieilli) Personne.
    • Elle [Mme de Chartres] ne voulut plus revoir sa fille, qui était la seule chose à quoi elle se sentait attachée — (Mme de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678)
    • Dans leur logique, les services publics ne sont pas efficaces, il vaut mieux sous-traiter au privé. Économie d’argent, garantie de service de qualité et fin des listes d’attente. Magie. Ben oui, toi chose. — (Elsie Lefebvre, Privatiser la vieillesse nous a menés en enfer, Le Journal de Montréal, 10 février 2021)
  9. (Familier) Bien, possession, propriété.
    • Soigner sa chose.
    • Veiller à sa chose.
    • Dans l’antiquité, l’esclave était la chose du maître.
  10. (Jurisprudence) Tout ce qui est distinct des personnes et des actions et qui peut être de quelque usage humain.
    • Les personnes, les choses et les actions.
    • Choses corporelles / choses incorporelles.
    • Chose jugée : point de contestation qui a été décidé par les tribunaux.
      Il y a chose jugée quand…
      Le respect dû à la chose jugée.
      L’autorité de la chose jugée.
      Jugement passé en force de chose jugée : se dit d’une décision qui ne peut plus être réformée par aucune voie légale, attendu que la partie condamnée ne s’est pas pourvue dans le délai fixé.
  11. (Populaire) (Par euphémisme) Parties génitales.
    • Ces furies comme outrage ultime
      En retournant à leurs oignons
      Ces furies à peine si j’ose
      Le dire tellement c’est bas
      Leur auraient mêm’ coupé les choses
      Par bonheur ils n’en avaient pas
      Leur auraient mêm’ coupé les choses
      Par bonheur ils n’en avaient pas.
      — (Georges Brassens, Hécatombe, 1953)
  12. Mot-joker employé pour remplacer un mot qu’on se refuse à prononcer ou à écrire.
    • Ribadier. — Oui ! Eh bien ! Il ne faudrait pas qu’elle allât plus loin, l’indignation… parce que ce n’est pas lui, c’est moi que tu ferais chose !… — (Georges Feydeau, Le Système Ribadier, acte I, scène 2)
    • J’ai marché ce matin pieds nus, sur un chose de bouteille. (Ma mère dit que je grandis et que je dois me préparer à aller dans le monde. Elle me demande pour cela de châtier mon langage, et elle veut que je dise désormais : chose de bouteille, et quand j’écris je dois remplacer chose par un trait.) — (Jules Vallès, L’Enfant, G. Charpentier, 1889)
    • Je ne souris pas ? Mais je n’en ai pas envie.
      Il faut essayer tout de même, et je fais la bouche en
      chose de poule. — (Jules Vallès, L’Enfant, G. Charpentier, 1889)

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

SynonymesModifier

Notion vague :

Nom non-connu d’une personne :

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
chose choses
\ʃoz\

chose \ʃoz\ masculin

  1. Cocktail fait à partir de jus de pamplemousse mélangé à un soda de saveur amère.

Interjection Modifier

chose \ʃoz\

  1. (Québec) Désigne une personne dont on ne sait pas le nom.
    • Eille, chose, t'as-tu bu à matin ?

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe choser
Indicatif Présent je chose
il/elle/on chose
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je chose
qu’il/elle/on chose
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
chose

chose \ʃoz\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de choser.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de choser.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de choser.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de choser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de choser.

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • chose sur le Dico des Ados  
  • chose dans le recueil de citations Wikiquote  

RéférencesModifier

  1. Mathieu Avanzi, Université de Neuchâtel, Ces mots qui ne se prononcent pas de la même façon d’un bout à l’autre de la France sur Français de nos régions, 6 juillet 2017. Consulté le 9 août 2017

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

chose \Prononciation ?\ féminin

  1. Chose (truc, objet ou idée quelconque)

VariantesModifier

  • cose (surtout Normandie, Picardie)

AnglaisModifier

Forme de verbe Modifier

Temps Forme
Infinitif to choose
\t͡ʃuz\ ou \t͡ʃuːz\
Présent simple,
3e pers. sing.
chooses
\ˈt͡ʃu.zɪz\ ou \ˈt͡ʃuː.zɪz\
Prétérit chose
\t͡ʃoʊz\ ou \t͡ʃəʊz\
Participe passé chosen
\ˈt͡ʃoʊ.zən\ ou \ˈt͡ʃəʊ.zən\
Participe présent choosing
\ˈt͡ʃu.zɪŋ\ ou \ˈt͡ʃuː.zɪŋ\
voir conjugaison anglaise

chose \t͡ʃoʊz\ (États-Unis), \t͡ʃəʊz\ (Royaume-Uni)

  1. Prétérit de choose.

PrononciationModifier

  • États-Unis (Californie) : écouter « chose [t͡ʃoʊz] »

Moyen françaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

chose \Prononciation ?\ féminin

  1. Chose (truc, objet ou idée quelconque)