FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin ciborium.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
ciboire ciboires
\si.bwaʁ\
 
Un ciboire (sens 1)
 
Armoiries avec un ciboire (sens héraldique)

ciboire \si.bwaʁ\ masculin

  1. (Liturgie catholique) Coupe sacrée où l’on conserve les hosties pour la communion des fidèles.
    • À l’aide d’un de ces instruments, il ouvrit le tabernacle, en tirant d’abord le saint-ciboire, magnifique coupe de vieil argent, ciselée sous Henri II, puis un ostensoir massif. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • On aspergea d’eau bénite les draps du lit ; le prêtre retira du saint ciboire la blanche hostie ; et ce fut en défaillant d’une joie céleste qu’elle avança les lèvres pour accepter le corps du Sauveur qui se présentait. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary : mœurs de province)
    • Le vol des choses consacrées à Dieu était un sacrilège, parce que ce vol renfermait une profanation de choses saintes : tel était le vol des calices, ciboires, reliques, images et même des troncs d'église. — (Adolphe Chauveau & ‎Faustin Hélie, Théorie du Code pénal, Bruxelles : Imprimerie typographique belge, 1844, vol.3, page 40)
  2. (Héraldique) Meuble représentant la coupe du même nom dans les armoiries. À rapprocher de calice, coupe et hanap.
    • D’azur, semé de croix recroisetées au pied fiché d’or, au ciboire de même, qui était anciennement du royaume de Galice français illustration « armoiries avec un ciboire »

DérivésModifier

TraductionsModifier

Interjection Modifier

ciboire \si.bwaʁ\

  1. (Québec) (Vulgaire) Juron manifestant la colère ou l’indignation.
    • Et une fois de plus sa voix s’élevait en jurons et en plaintes : Je te dis que je t’aurai… ah ! Ciboire !. — (Louis Hémon, Maria Chapdelaine : récit du Canada français)

SynonymesModifier

DérivésModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier