citadelle

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’italien cittadella, diminutif de cittade, ancienne forme de città, du latin civitatem, accusatif de civitas « cité ».

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
citadelle citadelles
\si.ta.dɛl\
 
La citadelle de Dinant qui surplombe la Meuse

citadelle \si.ta.dɛl\ féminin

  1. Forteresse qui commandait une ville.
    • La citadelle de Dinant, & la tour de Bouvines furent détruites, par représailles du saccagement & de la destruction de Terouane. — (Luc Courchetet d'Esnans, Histoire du cardinal de Granvelle, 1761)
    • (Par extension) …, j’ai découvert par hasard à deux portées de fusil de l’endroit où nous sommes une espèce de citadelle où nos chevaux seront on ne peut mieux, et dans laquelle, le cas échéant, nous pourrions soutenir un siège en règle. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Après l'encerclement de la citadelle de Sarmizégéthuse, j'entrai à la suite de l'empereur dans la salle souterraine où les conseillers du roi Décébale venaient de s'empoisonner au cours d'un dernier banquet ; je fus chargé par lui de mettre le feu à cet étrange tas d'hommes morts. — (Marguerite Yourcenar, Mémoires d’Hadrien, Plon, 1958 ; coll. Folio, 1974, p. 67.)
  2. (Par extension) (Figuré) Tout ce qui semble inexpugnable.
    • Genève fut au XVIe siècle la citadelle du calvinisme.

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • Citadelle sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier