Étymologie

modifier
(XIVe siècle)[1] Dérivé de claie, avec le suffixe -on apparenté à cledon en occitan.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
clayon clayons
\klɛ.jɔ̃\

clayon \klɛ.jɔ̃\ masculin

  1. Clayette sur laquelle on fait ordinairement égoutter des fromages.
    • Puis, çà et là, des escabelles à trois pieds, formées par des bâtons fichés dans une simple planche de fayard, une huche à pain, une grosse cuiller en bois pour puiser de l’eau, un seau et des poteries pour le lait, un rouet sur la huche, quelques clayons à fromages, des murs noirs, une porte vermoulue ayant une imposte à claire-voie ; tels étaient la décoration et le mobilier de cette pauvre demeure. — (Honoré de Balzac, Le Médecin de campagne, 1833, édition de 1845, chapitre premier)
    • Pour obtenir ce résultat, je me sers du même appareil que j’ai décrit pour traiter la fécule; seulement j’enlève le tissu intérieur, que j’appelle velours-taupe, et je le remplace par un autre plus grossier, tel qu’une toile d’emballage épaisse ou tous autres tissus analogues, soit en chanvre, coton, laine, feutre ou clayons en paille, qui puissent, sans se ressorer, permettre au liquide de s’échapper. — (Description des machines et procédés pour lesquels des brevets ont été pris sous le régime de la loi du 5 juillet 1844, tome cinquante-cinquième, 1866)
  2. Claie ronde sur laquelle les pâtissiers portent diverses pâtisseries.
    • Le théâtre représente la fameuse foire des Loges avec plusieurs marchands et marchandes dans leurs boutiques. On y voit Mezzetin en pâtissier, avec un clayon sur sa tête, lequel clayon est garni de gâteaux appelés ratons. — (Émile Colombey, L’esprit au théâtre, Arlequin ; Librairie de L. Hachette et Cie, collection Hetzel, Paris, 1860, page 25)
  3. Claie utilisée comme clôture, élément de construction.
    • Ils allèrent au bois, firent des clayons, puis, sans une plainte, ils revinrent, et, là où était Sabolas, ils construisirent des huttes de bergers. — (Henri Béraud, Le Bois du templier pendu, Les Éditions de France, Paris, 1926)
    • Parmi les autres expressions, non marines celles-là mais exclusives aux Îles (Îles de la Madeleine), relevons-en quelques-unes qui ont un cachet particulier. Une barrière chez les Madelinots, c'est un clayon (prononcé «cléon» en certains milieux). — (Edgar Francoeur et Claude Milot, «Une délicieuse parlure», dans Le Bâton Fourchu dans les îles du grand golfe, route du clan Jacques Buteux aux Îles-de-la-Madeleine en juin 1957, Trois-Rivières, Éditions du Bien public, 1958, page 101)
    • Devant lui, deux clayons de genêt étrécissaient le sentier. — (Maurice Genevoix, Raboliot, 1925, quatrième partie, chapitre 1, page 204 de l'édition du Livre de Poche)

Variantes

modifier

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références

modifier