FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIIIe siècle) Altération graphique de clef : le -f représentant le -v- du latin clavis devenu final, le -ph de cleph n’est pas étymologique.
  1. Faute d’orthographe.
  2. Volonté de « compliquer » l’orthographe de clef en la grécisant. Note : Alfred Jarry a lui-aussi agi de la sorte en écrivant phynance pour finance.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
cleph clephs
\kle\

cleph \kle\ féminin

  1. Faute d’orthographe pour clef.
    • Une lettre écrite par le pro-vicaire de Villeneuve à Bourchenu, au sujet de certains désordres qui auraient eu lieu à l’occasion de la saint Marc, le 25 mars 1718, contient le passage suivant : « Il y a une cleph de reliques de saint Marculphe, à ce que quelques personnes m’ont informé ; ils n’ont pas su me dire pourquoi elle a été donnée ni leur approbation ; on la tient au tabernacle devant l’autel de saint Marc ». — (Lettre de 1718 citée dans Georges Doublet, « Monographie des paroisses du canton de Cagnes » in Annales de la Société des lettres, sciences et arts des Alpes-Maritimes, tome XVIII, 1903, page 74.[1])
  2. (Par plaisanterie) Variante orthographique de clef.
    • Oh ! nous l’eûmes vite, la cleph du mysthère ! — (Alphonse Allais, rubrique « La Vie drôle » sous-titrée « LA CLEPH DU MYSTHÈRE » in Le Journal du jeudi 8 mai 1902, page 1, colonne 4.[2])
    • A propos de « clé », plusieurs lecteurs ont bien voulu me manifester leur stupeur que récemment j’écrivisse la « cleph du mysthère ». Je suis le premier à regretter cet incident, et j’eus bientôt fait de donner ma démission de membre de la Ligue pour la « Quomplykasiont deu l’Aurthaugraphes ». — (Alphonse Allais, rubrique « La Vie drôle » in Le Journal du mardi 20 mai 1902, page 1, note « (2) » en bas de la colonne 5.[3].)
    • Il [(Alphonse Allais)] annonça un jour à ses lecteurs, en 1893, qu’il faisait partie de la « Ligue pour la Quomplykasiont deu l’Aurthographes » et qu’il écrirait dorénavant un feuilleton intittulé « la cleph du mysthère ». — (Nina Catach, Les délires de l’orthographe : en forme de dictioNaire [sic], Paris, Plon, 1989 ISBN 2-259-02136-0, section « Allais, A. », page 170.)

RéférencesModifier

  1. Fac-simile de la page 74 procuré en ligne par Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5684467f/f92.item.r=%22cleph%22 .
  2. Fac-simile de la page 1 procuré en ligne par Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76266893/f1.image.r=%22cleph%22 .
  3. Fac-simile de la page 1 procuré en ligne par Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76267013.item.r=%22cleph%22