Voir aussi : CLIN

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

  1. Mentionné au xve siècle sous la forme cling, dans l'expression cling d’un œil, dérivé régressif de cligner.
  2. Mentionné dans les comptes du Clos des galées de Rouen dès le xive siècle dans les dérivés desclinques et reclinquier. Attesté vers 1515-22 vesseaulx a clinc. Terme d'origine germanique, vraisemblablement issu du néerlandais klink(werk) « (bordage à) clins » → voir clenche et le mot anglais clinker.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
clin clins
\klɛ̃\

clin \klɛ̃\ masculin

  1. Clignement.

NotesModifier

Ce mot est utilisé uniquement dans la locution clin d’œil.

DérivésModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
clin clins
\klɛ̃\
 
Bordage à clins. (1)
 
Maisons à clins. (2)

clin \klɛ̃\ masculin

  1. (Marine) Planche de la coque d’un bateau, inclinée par rapport à la membrure et se chevauchant avec les planches attenantes.
    • Ce bateau a un bordage à clins formé de virures se recouvrant les unes les autres comme les ardoises d’un toit.
  2. Manière de faire chevaucher des planches horizontales.
    • Dans cette petite ville de Brumunddal, à peine 10 000 habitants plutôt habitués aux fermes en planches rouges et aux maisons à clins colorés, la Norvège achève la construction de la plus haute tour du monde entièrement en bois : sa cime culmine à 85 mètres. — (Grégoire Allix, En Norvège, un gratte-ciel de bois en circuit court, Le Monde. Mis en ligne le 31 octobre 2018)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier


HomophonesModifier

Voir aussiModifier

  • clin sur Wikipédia  

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

Nom commun Modifier

clin \Prononciation ?\ masculin

  1. Variante de clain.

RéférencesModifier

Ancien occitanModifier

 

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Adjectif Modifier

clin masculin

  1. Incliné, courbé.

VariantesModifier

RéférencesModifier

  • François Raynouard, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844