FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom) dérivé de cloche avec le suffixe -er.
(Verbe 1) (XVIe siècle)[1] Dénominal de cloche.
(Verbe 2) Du latin populaire *cloppicare[2], voir clop (« boiteux »), clopin-clopant, à cloche-pied. Étant donné le sens de « objet qui hoche » qui est dans cloche, une dérivation sémantique sur cloche indépendante de cloper n’est pas impossible ; l’ancien français clocheter a le double sens de « tinter comme une clochette » et « balancer, hocher ».

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
clocher clochers
\klɔ.ʃe\
 
Un clocher.

clocher \klɔ.ʃe\ masculin

  1. (Architecture) Bâtiment de maçonnerie ou de charpente dans lequel sont suspendues les cloches et qui est ordinairement élevé au-dessus d’une église.
    • Ah ! c'est Tours. Mais voyez le bel effet que produisent dans le lointain les clochers de la cathédrale. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • L'Angélus sonne, dans un village où notre armée n'est pas encore, car notre premier soin, dans chaque clocher, est de couper les cordes — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • Celles-ci, nouvelles amazones, placèrent des sentinelles sur le clocher et se barricadèrent dans le chœur de l'église. — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
    • Et puis voici un populeux village, un village compact, ramassé, aux ruelles étroites et tortueuses, sans jardins, sans courtils, un village serré autour de son antique clocher. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Lorsque, par moments, près du clocher de Sainte-Gudule, les croassements des corneilles s'élevaient, vous eussiez juré que c'était juste au dessus de votre tête. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 97)
  2. (Par métonymie) Paroisse.
    • Querelles de clochers.

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Verbe 1 Modifier

clocher \klɔ.ʃe\ transitif ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Intransitif) Sonner à la cloche.
    • Minuit clochant, minuit sonnant.
  2. (Transitif) Annoncer un événement à coups de cloche.
    • […] comme ces grands bourdons de cent quintaux qui clochent les réjouissances de Dieu. — (Georges d’Esparbès, La Légende de l’Aigle, 1893)

DérivésModifier

TraductionsModifier

Verbe 2Modifier

clocher \klɔ.ʃe\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Boiter.
    • L’un d’eux suivit assez longtemps M. Bergeret en clochant du pied, et toutefois d’un pas agile. — (Anatole France, Clopinel dans Opinions sociales, G. Bellais, 1902)
    • L’enfant ne souffrait plus, clochait seulement un peu à gauche. — (Léon Hennique, Un caractère, Stock, Delamain et Boutelleau, 1931, p. 175)
    • (Proverbial) Il ne faut pas clocher devant les boiteux, il ne faut pas rappeler aux gens quelque souvenir pénible.
  2. Être bancal.
    • Ce meuble cloche.
  3. (Familier) Ne pas aller bien, avoir un défaut, en parlant de quelque chose.

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • clocher sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

GalloModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

clocher intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (graphie inconnue)

  1. Variante de cllocher.

PrononciationModifier

RéférencesModifier