coûter un bras

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) → voir coûter et bras, organe extrêmement cher.

Locution verbale Modifier

coûter un bras \ku.te(.ʁ‿)œ̃ bʁa\ (se conjugue → voir la conjugaison de coûter)

  1. (Figuré) (Familier) Coûter très cher.
    • Je voudrais aujourd’hui, Madame, qu’il m’en eût coûté un bras, et que je n’eusse jamais eu la rage de vouloir apprendre, à votre imitation, ce qu’un âne peut nous faire de bien. — (Andréa de Nerciat, Le Diable au corps, édition de 1803, Tome 1, 3ème partie, p. 238. → lire en ligne)
    • Belle déco, résolument moderne et branchée, c’est l’endroit où il faut pouvoir se montrer, mais ça coûte un bras et Robert a une cartouche d’encre d’imprimante à changer ainsi qu’un budget limité. — (Jean-Louis Michel, Un été de singe, Éditions Numeriklivres, 2012)
    • Cette assurance coûte un bras, plusieurs milliers de dollars par année. — (Jean-Benoît Nadeau, Le Guide du travailleur autonome : Tout pour faire carrière chez soi, Québec Amérique, 2007)
    • Comme il a pris son billet d'avion au dernier moment, ça lui aura coûté un bras, voire les deux, et ça lui fera les pieds. Tu ne peux pas lui botter l'arrière-train, mais tu peux le botter au porte-monnaie. — (Julia London, Un parfait arrangement, traduit de l'anglais (USA) par Véronique Fourneaux, éd. J'ai Lu, 2017, chap. 9)
    • Ça doit coûter un bras cette merde me dis-je brièvement en feuilletant l’ouvrage qui était orné de nombreuses gravures. — (Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, page 281.)

SynonymesModifier

→ voir coûter les yeux de la tête

TraductionsModifier

PrononciationModifier