Voir aussi : coliqué

Français modifier

Étymologie modifier

(Adjectif) (Date à préciser) Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.
(Nom commun) (Date à préciser) Du latin colica.
 Référence nécessaire

Adjectif modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
colique coliques
\kɔ.lik\

colique \kɔ.lik\ masculin et féminin identiques

  1. (Anatomie) Qui relève du côlon.

Traductions modifier

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
colique coliques
\kɔ.lik\

colique \kɔ.lik\ féminin

  1. Toute douleur vive qu’on éprouve dans l'abdomen, dans les entrailles.
    • Enfin, une frotteuse de caractères d’imprimerie, qui était en proie à une colique saturnine des plus violentes, fut soulagée comme par enchantement par l'arrivée inespérée de ses règles. — (Louis Tanquerel des Planches, Traité des maladies de plomb ou saturnines, tome 1, Paris : chez Ferra, 1839, page 223)
    • Ah ! quelle femme ! elle me remue autant qu’une colique, quand elle me regarde froidement... — (Honoré de Balzac, La Cousine Bette, 1846)
    • L’empoisonnement subaigu, par doses répétées, se traduit par des vomissements et de coliques se renouvelant à chaque dose, […]. — (Charles-Albert Vibert, Précis de toxicologie clinique et médico-légale, Paris, Baillière, 1907, page 261)
    • Ce fut vers cette époque que la mère Désiré, sans qu’on sût pourquoi ni comment, fut prise de coliques bizarres qui l’obligèrent à s’aliter. — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Le comble, c’était que ma princesse, ma fée, avait tout bêtement la colique, et que le regard des yeux de violette balayait le parquet, sous un divan boiteux, dans l’espoir d’y frôler une crotte de chat… — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, Le Livre de Poche, page 208)
    • Les chevaux, les ânes et les mulets peuvent avoir brusquement de graves douleurs dans l’abdomen. Ces douleurs qui leur donnent un comportement anormal, peuvent être causées par une colique. La colique est plus fréquente chez le cheval que chez l’âne et le mulet. Elle est occasionnelle chez d’autres espèces. — (Bill Forse, Christian Meyer et al., Que faire sans vétérinaire ?, Cirad / CTA / Kathala, 2002, page 234)
  2. (Familier) diarrhée.
    • Si j'avais su, j'aurais pas venu : j'ai la colique. — (réplique de Petit Gibus dans La Guerre des boutons (1962) par Yves Robert, d'après le roman de Louis Pergaud)
    1. (Sens figuré) Toutes sortes de choses au débit fluide et ininterrompu comme la diarrhée.
      • Depuis que vous êtes arrivé vous noyez le poisson. Cette colique verbale est inhabituelle chez vous. — (Françoise Charbonnier, Ultime délivrance, éd. du Rocher, 2012)
      • Elle glissa et tomba, faisant trembler le plancher. Ils étaient ravagés par une irrésistible colique de rire, sauf Gérard. — (Armand Lanoux, Cet âge trop tendre, éd. Julliard, 1951)

Dérivés modifier

Vocabulaire apparenté par le sens modifier

Hyperonymes modifier

Quasi-synonymes modifier

Traductions modifier

Forme de verbe modifier

Voir la conjugaison du verbe coliquer
Indicatif Présent je colique
il/elle/on colique
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je colique
qu’il/elle/on colique
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
colique

colique \kɔ.lik\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de coliquer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de coliquer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de coliquer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de coliquer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de coliquer.*

Prononciation modifier


Paronymes modifier

Voir aussi modifier

  • colique sur l’encyclopédie Wikipédia  

Références modifier