Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIIe siècle) Du latin collatio (« réunion, assemblage »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
collation collations
\kɔ.la.sjɔ̃\

collation \kɔ.la.sjɔ̃\ féminin

  1. Repas léger que les catholiques font les jours de jeûne pour remplacer le souper, et par extension, un repas léger pris au cours de la journée.
    • Petite, simple, légère collation.
    • Bonne collation.
    • Faire collation.
    • […] et elle avec sa permanente frisée comme sur la photo dans le jardin du pensionnat, ses devoirs sur la table couverte d’une toile cirée grasse où son père « fait collation ». — (Annie Ernaux, Les années, Gallimard, 2008, collection Folio, page 126.)
    • Il ne prend, il ne mange à sa collation qu’un morceau de pain.
  2. Repas léger qu’on fait dans l’après-dîner à l’occasion d’une cérémonie, d’une chasse, etc.
    • […], le roi Charles IX avait invité à goûter avec lui, en petit comité, Henri de Navarre et le duc de Guise. Puis, la collation terminée, il avait passé avec eux dans sa chambre, […]. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre III)
    • Je me rendis avec les chefs militaires aux tentes de Si Saïd, où on nous servit une collation de dattes et de lait de chamelle, une vieille tradition nomade sans doute. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 132)
  3. Action, droit de conférer à quelqu’un des grades universitaires.
    • La collation de la licence ès lettres.
  4. (Vieilli) Droit de conférer un bénéfice ecclésiastique.
    • Cette collation appartenait à l’évêque, descendait de l’évêque.
    • La présentation de cette cure appartenait à l’abbé et la collation à l’évêque.
    • Ce prieuré était à la collation de tel abbé.
    • Un seul péché excitait ma curiosité et mon inquiétude. Je craignais de l’avoir commis sans le savoir. Un jour, je pris mon courage à deux mains, et je montrai à mon confesseur l’article qui me troublait. Voici ce qu’il y avait : « Pratiquer la simonie dans la collation des bénéfices. » Je demandai à mon confesseur ce que cela signifiait, si je pouvais avoir commis ce péché-là. Le digne homme me rassura et me dit qu’un tel acte était tout à fait hors de ma portée. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 86.)
  5. Action de collationner ou résultat de cette action.
  6. (Informatique) (Anglicisme) Ordre prescrit ou une spécification donnée déterminant la manière d’agencer une liste de chaînes de caractères, action d’agencer selon un tel ordre, ou encore résultat de cette action.
    • Une collation est une énumération de signes typographiques avec leurs équivalences, afin d’en déduire le comportement des chaînes de caractères notamment dans les opérations de comparaison et de tri spécifiques à une langue. — (Frédéric Brouard, Rudi Bruchez, Christian Soutou, SQL, Pearson Education France, 13 juillet 2012)

Apparentés étymologiquesModifier

SynonymesModifier

Règle de classement des caractères :

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français collation.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
collation
\kəˈleɪ.ʃən\
collations
\kəˈleɪ.ʃənz\

collation \kəˈleɪ.ʃən\

  1. Collation, repas léger.
  2. Collationnement.
  3. (Informatique) Agencement d’une liste de chaînes de caractères selon un ordre prescrit, une spécification donnée.