coller au train

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XXe siècle) De coller et train, au sens d’arrière-train[1].

Locution verbale Modifier

coller au train \kɔ.le o tʁɛ̃\ (se conjugue → voir la conjugaison de coller)

  1. (Familier) Suivre de très près.
    • Hé quoi, je vous avais dit que c’était rien. J’ai perdu un jour entier à leur coller au train. — (Raymond Elias Feist, Milamber le mage, traduction d’Antoine Ribes, La Reine noire, 1999)
    • Au début, je suis un peu nerveux de voir Sarah au volant, slalomer entre les files et coller au train du véhicule de devant, jusqu’au moment où je m’aperçois que tout le monde conduit comme ça. — (Pittacus Lore, L’empreinte de Cinq, traduction de Marie de Prémonville, J’ai lu, 2014)
    • Déjà, ses adversaires le talonnaient, en particulier un grand blond qui ne cessait de lui coller au train depuis le début de la rencontre. — (Cindy Van Wilder, Les Outrepasseurs, tome 1 : Les Héritiers, Gulf stream éditeur, 2014)


TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier