Ouvrir le menu principal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin populaire *comĭnĭtĭāre, composé de cum et de ĭnĭtĭāre, « initier » en latin classique, et « débuter, commencer » en bas latin, évolution de sens due à l’influence de ĭnĭtĭum, « commencement, début ».

Verbe Modifier

commencer \kɔ.mɑ̃.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Engager une action, entreprendre une tâche, donner à une chose un commencement d’existence.
    • Une anecdote locale plutôt symbolique raconte que le coq du clocher de l'église de Saint-Vincent, dont la construction fut commencée en 1934, aurait disparu dans de bien mystérieuses circonstances, qu'on attribue à l’archevêque O’Leary. — (Juliette Marthe Champagne, De la Bretagne aux plaines de l'Ouest canadien: lettres d'un défricheur franco-albertain, Alexandre Mahé (1880-1968), CELAT/Presses de l'Université Laval, 2003, page 201)
    • Bien sûr vous avez commencé votre visite par la salle des fêtes, mais Patelin vaut vraiment le détour, puisque dans le genre, c'est le nec plus ultra des trous paumés. — (Jérôme Attal, Presque la mer, Hugo & Compagnie, 2014, chap. 7)
  2. Entrer dans un nouvel état, dans une nouvelle situation.
    • […], l’hiver arriva plus tôt que d’habitude, vers le commencement de novembre. Il ne commença point par de la neige, mais par un froid sec et de grandes gelées. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
  3. Être au début d'une période de temps.
    • Les vacances commencent demain !
    • (Impersonnel)Ça commence à m’énerver. - Il commence à se faire tard.
  4. Être encore dans les premiers temps d'une période déterminée.
    • Commencer l’année, commencer la journée, etc. - On ne fait que de commencer la campagne.
  5. Faire une première chose au début d'une période donnée.
    • Ce prince a commencé son règne en rétablissant le bon ordre dans ses états.
  6. Donner, à quelqu’un, les premières leçons, les premiers commencements d'un art, d'une science.
    • Ce maître de danse n’est bon qu’à commencer les enfants. - C’est cet écuyer qui l’a commencé. - Ce jeune homme a été bien commencé.
    • (Absolument)Ce jeune homme a mal commencé.
  7. (Équitation) Donner les premières leçons de manège à un cheval.
  8. (Intransitif) Entrer dans son commencement.
    • Les opérations cadastrales ont été commencées dans le département du Rhône en 1808, et ont été terminées en 1830. — (F.-A. Varnet, Géographie du département du Rhône, Lyon : chez tous les libraires (impr. Protat frères à Mâcon),, s.d. (entre 1894 & 1897), page 13)
    • À 10 heures j’avais trouvé un calfat, un charpentier et un forgeron, et les réparations commençaient. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • (Impersonnel) - Il commence déjà à faire jour. - Il commençait à pleuvoir quand nous partîmes.

NotesModifier

Il s’emploie souvent absolument.
  • Je n’avais pas commencé, qu’il survint un importun. - Il faut commencer par un bout et finir par l’autre.
  • Quand commencerez-vous ? - Par où commencerez-vous ? - Chacun attendait, pour agir, qu’un autre commençât.
  • Je ne fais que de commencer, que commencer. - S’il continue comme il a commencé, il ira loin.

SynonymesModifier

AntonymesModifier

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

  • France : écouter « commencer [kɔ.mɑ̃.se] »
  • France (Paris) : écouter « commencer »
  • France (Paris) : écouter « commencer »
  • (Région à préciser) : écouter « commencer [Prononciation ?] »
  • France (Vosges) : écouter « commencer [Prononciation ?] »

Voir aussiModifier

  • commencer sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier