FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle) Du latin concacare (« souiller d’excréments ») → voir con- et chier.
Cum-cacare selon d'autres sources :"Le mot, du latin "cum-cacare", fait le bonheur des polémistes depuis Aragon."[BibliObsHebdo-20170714]

Verbe Modifier

conchier \kɔ̃.ʃje\ (transitif ou avec la préposition sur) 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se conchier)

  1. (Vulgaire) (Injurieux) Couvrir d’excréments.
    • Les vitres de la porte-fenêtre étaient conchiées et entoilées par des dynasties d'insectes et d'araignées. — (Jean Echenoz, Envoyée spéciale, 2016, Éditions de Minuit)
    • Dès que le vieux se fut dissimulé sous la poussière, le visage protégé par un sac, un morceau de roseau coincé entre les lèvres pour pouvoir respirer à son aise, ils posèrent culotte, et conchièrent la cache d’abondance en échangeant des plaisanteries douteuses. — (Serge Brussolo, « L'enfant des ordures et l'ogresse des forêts », dans Le Roi Squelette, Éditions Bragelonne, 2014)
  2. (Vieilli) Manifester son mépris ou sa profonde indifférence, outrager.
    • J’ai bien l’honneur chez moi, dans ce livre, à cette place, de dire que très sciemment je conchie l’armée française dans sa totalité. — (Louis Aragon, Traité du style, 1927)
    • Eh bien non ! rien de tout cela ne m’attendrit plus. Le temps en est passé ! Je conchie sur mes souvenirs. — (Gustave Flaubert, Correspondance, Librairie de France, 1923, p. 208)
    • L’amour ne vous dit rien
      À part bien sûr celui
      De la Patrie hélas
      Cette idée dégueulasse
      Qu’à mon tour je conchie.

      — (le chanteur Renaud, La médaille)
    • C’est cet homme qui peste contre les 35 heures depuis longtemps, qui sollicite la loi Macron qui plaît tant à la droite et déplaît tant à ceux de gauche qui sont restés de gauche, qui ne moufte pas quand le peuple qui vote non au référendum sur l’Europe libérale en 2005 voit son parti appeler à l’union sacrée avec l’UMP pour envoyer les députés et les sénateurs conchier le vote du peuple et passer outre. — (Michel Onfray, « Anti-Manuel », journal Le Point, no 2 218 page 46, 12 mars 2015)
  3. (Pronominal) (Vulgaire) (Désuet) Se souiller d’excréments.
    • […], il s'est réveillé et m'a demandé de lui passer le bassin. Histoire d'être un peu gentille, je lui ai dit : « C'est bien la première fois que je vois un nouveau-né réclamer le bassin. » Il m'a répondu : « C'est le cerveau qui commande le cul. Avec un cerveau comme le mien, vous ne voudriez pas que je me conchiasse !... »
      Il a de ces réparties !... J'en suis restée bouche bée — mon bassin à la main.
      — (Pierre-Maurice Richard, Eugène, une fantaisie de la nature, Éditions Londreys, 1989, chap. 4)

SynonymesModifier

DérivésModifier

HyperonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin concacare.

Verbe Modifier

conchier \Prononciation ?\

  1. Souiller d’excréments, enfoirer, emmerder, compisser
    • Orgeau tos biens conchie et soille — (Gautier de Coinci, Miracle de Nostre Dame, manuscrit 2163 français de la BnF)
  2. Déshonorer, outrager.
    • Trop somes lié quant conchier
      Poons un moine et espier
      — (De Monacho in Flumine Periclitato, dans Chronique des Ducs de Normandie, édition de F. Michel, tome III, page 514)
  3. Tromper, duper, baiser, enculer.

DérivésModifier

RéférencesModifier