Étymologie

modifier
Le latin conductor existe mais avec le sens de « locataire ». Ce mot plus vraisemblablement formé sur l’étymon conduct avec le suffixe -eur.

Nom commun 1

modifier
Singulier Pluriel
conducteur conducteurs
\kɔ̃.dyk.tœʁ\
 
Un conducteur de moto tricycle (sens 2).

conducteur \kɔ̃.dyk.tœʁ\ masculin (pour une femme, on dit : conductrice ; pour une personne non-binaire, on dit : conducteur·ice)

  1. Personne qui conduit, qui mène un déplacement.
    • […] Blanchette […] fit un écart terrible, et, bondissant en avant, envoya son conducteur rouler les quatre fers en l’air, toutes paumes ouvertes, en plein milieu du taillis. — (Louis Pergaud, L’Argument décisif, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Se détachant des murs brodés d’hiéroglyphes,
      Ils suivent la Bari que portent les pontifes
      D’Ammon-Ra, le grand Dieu conducteur du soleil ;
      — (José-Maria de Heredia, Les Trophées, 1893, La lune sur le Nil…)
    • Les femmes « youyoutèrent » à gorge déployée, et nous échangeâmes congratulations et compliments, l’un flattant l’encolure du mulet, notre héros, l’autre exagérant les mérites du conducteur bédouin, […]. — (Évelyne Berriot-Salvadore, La Méditerranée et ses cultures, Éd. du Cerf, 1992, page 184)
  2. Personne qui a les commandes d’un véhicule.
    • En vertu de cette règle, le conducteur d’un véhicule qui approche d’un passage pour piétons doit s’assurer de ce qu’aucun piéton ne se trouve sur le point de traverser (Pol. Ypres, 16 novembre 1999, Dr. circ., 2000, p. 121). — (Bernard Dewit, Circulation routière : Chronique de jurisprudence 1997-2004, Bruxelles : De Boeck & Larcier, 2006, page 91)
    • Des études sur simulateur (Rudin-Brown, 2004 ; Rudin-Brown et McCurdie, 2004 ; Lee, 1995), ainsi que des études expérimentales, laissent penser que les conducteurs de véhicules tout-terrain, de pick-up et de camionnettes évaluent leur vitesse avec moins de précision, parce qu’ils sont assis plus haut, au-dessus de la chaussée, que les conducteurs de voitures particulières. — (La gestion de la vitesse, OCDE, 2007, page 134)
    • J’ai donc épousé Jeanrenaud, un brave homme, conducteur des bateaux de sel. — (Honoré de Balzac, L’Interdiction, 1839)
    • Pris d’un zèle soudain, il redéposa son fardeau dans la camionnette, bondit à son volant, et dégagea le véhicule avec une telle brusquerie, qu’un conducteur, trop serré, freina brutalement, et l’agonit d'insultes. — (Serge Montigny, Meurtres pour dames, Librairie des Champs-Élysées, 1978, chapitre VIII)
    • Les auteurs présumés d’accident mortel ont des comportements plus infractionnistes que la moyenne des conducteurs français. — (La sécurité routière 2020, Les infractions au code de la route et au code des transports, L’impact sur le permis à points, Bilan statistique 2020, Décembre 2021)
  3. Agent chargé de la conduite des travaux, sous les ordres d’un ingénieur.
    • Je me prépare à passer l’examen de conducteur des Ponts et Chaussées. J’arriverai certainement à être nommé chef de bureau. Tant de ces hommes qui passent avec des femmes au bras vont rester petits employés ! Mais toute la foule en passant lui criait : Qu’importe ! Nous avons des femmes et nous rions. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 59)
  4. (Imprimerie) Ouvrier chargé de la conduite d’une presse mécanique ou d’une rotative.
  5. (Audiovisuel) Document listant les étapes successives d’une représentation, d’un spectacle ou d’une émission audiovisuelle et indiquant pour chacune d’elles le minutage et toute information utile à sa réalisation ; c’est la liste des séquences dans l’ordre chronologique pour un programme audiovisuel.
  6. (Musique) Document listant les informations synthétiques essentielles d’une pièce ou d’un morceau. En musique classique, il s’agit de toutes les voix de tous les pupitres. En jazz ou musique moderne il synthétise la grille d’accord, les paroles et l’orchestration.

Dérivés

modifier

Apparentés étymologiques

modifier

Vocabulaire apparenté par le sens

modifier

Traductions

modifier

Nom commun 2

modifier
Singulier Pluriel
conducteur conducteurs
\kɔ̃.dyk.tœʁ\

conducteur \kɔ̃.dyk.tœʁ\ masculin

  1. (Physique) Matériau permettant le passage de la chaleur ou de l’électricité.
    • On distingue les corps en bons et mauvais conducteurs de la chaleur, de l’électricité.
    • Les métaux sont de bons conducteurs.
  2. Pièce de cuivre, d'aluminium ou parfois d'or, ordinairement cylindrique et isolée, qui, dans la machine électrique, attire et retient l’électricité. (information à préciser ou à vérifier)

Traductions

modifier

Adjectif

modifier
Singulier Pluriel
Masculin conducteur
\kɔ̃.dyk.tœʁ\

conducteurs
\kɔ̃.dyk.tœʁ\
Féminin conductrice
\kɔ̃.dyk.tʁis\
conductrices
\kɔ̃.dyk.tʁis\

conducteur masculin

  1. Qui conduit, permet la circulation.
    • J'ai vu, dans ma longue carrière d’ingénieur acousticien, bien des matières excellentes conductrices du son, mais jamais je n’en rencontrerai une seule comparable, même de loin, à celle dont sont pétris les murs de l’hôtel Terminus à Marseille. — (Alphonse Allais, Le petit loup et le gros canard, dans Deux et deux font cinq, Paris, Paul Ollendorff, 1895,)
  2. (En particulier) Qui permet le passage de la chaleur, de l’électricité, ou de la sève.
    • Les substances conductrices.

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Références

modifier

Voir aussi

modifier

Étymologie

modifier
Faux ami.
Du français conducteur.

Nom commun

modifier

conducteur \Prononciation ?\ masculin (pour une femme, on dit : conductrice)

  1. (Chemin de fer) Contrôleur.
    • De conducteur kan je vervoerbewijs komen controleren.
      Le contrôleur peut venir vérifier votre titre de transport.

Synonymes

modifier

Taux de reconnaissance

modifier
En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 99,2 % des Flamands,
  • 100,0 % des Néerlandais.

Prononciation

modifier

Références

modifier
  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]