FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1226) Du latin conficere (cum + facere), « préparer ».

Verbe Modifier

confire \Prononciation ?\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire cuire dans un sirop, une liqueur, une graisse, certains aliments en vue de leur conservation. La substance choisie pénètre alors l’aliment et s’y incorpore.
    • Le fruit de l’épine-vinette est utile pour conserver et confire et pour garnir les plats. — (Th.W. Forsyth, Traité de la culture des arbres fruitiers, p.197, 1803)
    • Le chinois confit est déjà mentionné par Machet dans son Confiseur moderne, au début du XIXe siècle, sous le nom d'« orange de Chine ». Ce fruit n’est confit qu'après un long séjour dans l'eau fraîche, destiné à lui ôter son amertume. — (Annie Perrier-Robert, Dictionnaire de la gourmandise : Pâtisseries, friandises et autres douceurs, Éditions Robert Laffont, 2012)
    • On peut confire au sucre, au miel, à l’eau-de-vie des fruits, des fleurs ou des légumes.
    • L’oie, le canard, le foie gras et le porc peuvent être confits par cuisson lente dans leur graisse.
  2. (Figuré) (Désuet) Tremper à l’excès dans un domaine, une activité, en perdre sa personnalité.
    • Elle nous force, dans cette civilisation que les mathématiques ont confite en intelligence, à passer outre à la cohérence, à respirer un peu d'air malin. — (Réjean Ducharme, L'hiver de force, Gallimard, 1973, p. 64)
    • Être tout confit en dévotion, c’est être dans les grandes pratiques de la dévotion.

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier





HomophonesModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier