Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du bas latin confictura dérivé de confingere (« façonner ») composé du préfixe con- (« ensemble ») et de fingere (« faire »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
confiture confitures
\kɔ̃.fi.tyʁ\
 
De la confiture de figue. (1)

confiture \kɔ̃.fi.tyʁ\ féminin

  1. Mélange gélifié de sucre, de pulpe ou de purée d'une ou plusieurs espèces de fruits.
    • Après ce premier exploit, les époux se partagèrent une grosse poire de Saint-Germain, et mangèrent un peu de confiture d'orange. — (Brillat-Savarin, La physiologie du goût)
    • Fouquet commanda qu'on portât les bassins de confiture et les fontaines de liqueurs dans le salon attenant à la galerie. — (Alexandre Dumas, Le Vicomte de Bragelonne)
    • … sur la partie haute, on voyait de la volaille, du daim, […], accompagnés de pains massifs, de galettes et de différentes confitures faites de fruits et de miel. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • … elle lui met dans la bouche une cuillerée de confitures, en symbole des douces pensées qu’il faut apporter en passant le seuil nuptial. — (Pierre Louÿs, Lesbos aujourd’hui, 1901, dans Archipel, 1932)
    • La préparation des confitures nous réjouissait. C'était un rite immuable. Notre mère se servait d'un grand chaudron en cuivre rouge et d’une écumoire à trous pour clarifier le jus et surveiller sa consistance. Elle mettait au fur et à mesure l'écume dans une assiette et laissait cuire jusqu'à la perle. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 162.)
  2. (Par analogie) (Péjoratif) (Peinture) Couleur qui manque de naturel, de réalisme.
  3. (Par analogie) (Péjoratif) Galimatias.
    • Le contraste de ces confitures philosophiques et de ces sépulcrales abominations formait un plat hybride, peu comestible, mais d’un goût étrange, qui plaisait à ces jolies dames, vêtues si drôlement, avec des bagues aux orteils, la ceinture au-dessus du sein, la hanche dans un fourreau de parapluie et la tête sous une gigantesque feuille de chicorée. — (Paul Féval, La Vampire, E. Dentu, 1891, p. 5-13)
  4. (Par analogie) (Argot) Substance hallucinogène.
    • Sur les murs nus, on avait peint des chameaux et des palmiers, noyés dans une confiture rose et violette — (Camus - L'exil et le royaume)

SynonymesModifier

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

HyponymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  confiture figure dans les recueils de vocabulaire en français ayant pour thème : framboise, fruit.

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe confiturer
Indicatif Présent je confiture
il/elle/on confiture
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je confiture
qu’il/elle/on confiture
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
confiture

confiture \kɔ̃.fi.tyʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de confiturer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de confiturer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de confiturer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de confiturer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de confiturer.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • confiture sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier