contention

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin contentio.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
contention contentions
\kɔ̃.tɑ̃.sjɔ̃\

contention \kɔ̃.tɑ̃.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de tendre fortement les facultés intellectuelles vers quelque chose.
    • Il travaille à cet ouvrage, il s’y applique avec une grande contention d’esprit, avec une grande contention.
    • Une trop forte contention d’esprit, une trop forte contention peut altérer la santé.
    • Il est vrai que je ne suis pas doué pour écrire ; on me l’a fait savoir, on m’a traité de fort en thème : j’en suis un ; mes livres sentent la sueur et la peine, j’admets qu’ils puent au nez de nos aristocrates ; je les ai souvent faits contre moi, ce qui veut dire contre tous, dans une contention d’esprit qui a fini par devenir une hypertension de mes artères. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 139.)
    • Ils [les étudiants de mai 68] nous vengeaient de toute la contention de notre adolescence, du silence respectueux dans les amphis, de la honte à recevoir des garçons en cachette dans les chambres de la cité. — (Annie Ernaux, Les années, Gallimard, 2008, collection Folio, page 107.)
  2. Débat, dispute[fr 1].
    • Enfin jamais en la contention du vrai Dieu, ou de la vérité de la religion, il n’est arrivé de miracle du côté de l’erreur, qu’il n’en soit aussi arrivé de plus grand du côté de la vérité. — (Blaise Pascal, Pensées, Chapitre XXVII)
  3. (Médecine) Dispositif destiné à une immobilisation de tout ou partie du corps.
    • Lorsqu’on commence à les décontenir, ces pré-adolescents trouvent d’autres dispositifs de contention, par exemple en se mettant dans des cartons, dans des tunnels de jeu, moments où ils montrent qu’ils peuvent reprendre à leur compte cette expérience psychosomatique qu’est la contention. — (Maurice Berger, Voulons-nous des enfants barbares ?, 2013)
  4. (Par extension) Action destinée à une immobilisation une contrainte par corps.
    • [...] « la police nationale doit impérativement garder le monopole de la force et de la contention car on touche là une compétence régalienne ». — (Jean-Jacques Urvoas député PS, Propos rapportés par Marie Boëton, « Police municipale, un pas de plus vers l'armement », La Croix, 22 juillet 2015, page 2)
  5. (Dentisterie) Dispositif pour maintenir une dent branlante.
  6. (Élevage) Ensemble de techniques destinées à manipuler des animaux.

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. Littré

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin contentio.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
contention
\kən.ˈtɛn.ʃən\
contentions
\kən.ˈtɛn.ʃənz\

contention \kən.ˈtɛn.ʃən\

  1. Opinion, conviction, avis, point de vue (que l’on défend dans un débat).
    • It is my contention that only the greatest works make beautiful ruins. — (Jane Urquhart, The Stone Carvers)
      Mon opinion est que seules les plus grandes œuvres font de belles ruines.
  2. Assertion, affirmation.
    • […] contentions that are backed up by boxes of National Security Council (NSC) and Joint Chiefs of Staff (JCS) documents.[en 1]
      […] assertions confirmées par les cartons de documents du conseil de sécurité nationale (NSC) et du comité des chefs d’États-majors interarmées (JCS).
  3. Rivalité, compétition.
    • In contention.
      En compétition.

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

RéférencesModifier

  1. Bradley Simpson, Economists with Guns, Stanford University Press, Stanford, février 2008, 367 pages ISBN 978-0-8047-5634-1, page 5