contester

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin contestari (« prendre à témoin »), dérivé de testis (« témoin ») avec le préfixe con-.

Verbe Modifier

contester \kɔ̃.tɛs.te\ transitif, 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Mettre en discussion ce que quelqu’un revendique.
    • Il me conteste ma qualité.
    • On lui conteste cette succession, cette terre.
    • Sa créance est contestée.
    • (Absolument) Je ne veux pas contester avec vous.
    • Il se plaît à contester.
  2. (Par extension) Nier une chose comme étant réelle ou juste.
    • Que la Bretagne, considérée dans son ensemble, soit encore aujourd'hui, une province de zélée pratique religieuse, voilà, je crois, un point qui ne sera contesté sérieusement par personne. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • L'incident venait d’ailleurs à la suite d'une longue série de heurts, en particulier avec M. Tebbit, alors chef du Parti conservateur, qui avait contesté à plusieurs reprises la présentation par la BBC de l'action du gouvernement Thatcher ou de ses résultats économiques. — (Michèle Théry, ‎Dounia Barnett, ‎Luce Bonnerot & Monique Prunet, Initiation à la civilisation britannique, Éditions Masson, 1995)

Apparentés étymologiquesModifier

ParonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier