FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIIIe siècle) De « coq » avec deux suffixes diminutifs -el et -et, « coquet » qui avait le sens de « coquelet » ayant pris le sens que nous lui connaissons (comme adjectif dès le XVe siècle, comme nom au XVIIe), et « cochet » étant trop homophone avec « cocher » (un mot alors très en usage), il a fallu un remplaçant et ce diminutif est apparu au XVIIIe.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
coquelet coquelets
\kɔk.lɛ\

coquelet \kɔk.lɛ\ masculin

  1. Jeune coq.
    • Asepsie. Mesures de précaution que l'on doit prendre après une opération chirurgicale quelconque, pratiquée sur les animaux de basse-cour, notamment lorsqu'on castre les coquelets et les lapereaux, pour éviter l'infection des plaies. — (C. C. Arnould & E. Regard, ABC de la basse-cour: volailles, lapins et porcs, Éditions Bière, 1951, p. 34)
    • — Bon. Ma femme a préparé un coquelet au vin. Je vous donnerai des détails sur l'Encyclopédie pendant que nous goûterons à ce coquelet. — (Michel Hérubel, Anna, Presses de la Cité, 1991)
    • Le récit avait eu lieu alors que, à la fin de cette journée, ils avaient fait bouillir un coquelet et débouché la dernière bouteille du capitaine. — (Umberto Eco, L’Île du jour d’avant, 1994)

Quasi-synonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

PicardModifier

 

ÉtymologieModifier

Diminutif de coq.

Nom commun Modifier

coquelet \kɔklɛ\ masculin

  1. Coquelet, jeune, coq.
  2. Coq qui surplombe la girouette d’une église.

VariantesModifier

RéférencesModifier

  • Jean-Baptiste Jouancoux, Études pour servir à un glossaire étymologique du patois picard, 1880, vol. I