coquettement

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dérivé de coquet, par son féminin coquette, avec le suffixe -ment.

Adverbe Modifier

coquettement \kɔ.kɛt.mɑ̃\

  1. D’une façon coquette.
    • Une jeune personne éblouissante, fort coquettement mise et fort leste. — (Jean-Jacques Rousseau, Confess. 2e part. liv. VII, 1743-1744.)
    • Le jeune Desherbiers avait bien supporté la fatigue des marches, il commençait même à se donner des airs en faisant résonner les molettes de ses éperons sur le pavé, en portant son bonnet de police coquettement posé sur l’oreille droite, et les Berlinoises, qui avaient remarqué sa jolie tête blonde, lui eurent bientôt appris à walser. — (Émile Marco de Saint-Hilaire, Histoire anecdotique, politique et militaire de la Garde impériale, 1847, page 176)
    • Leurs compagnes ouvraient leurs sacs, y prenaient un miroir et s'arrangeaient coquettement les cheveux. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier