cornaline

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1538) De corneline (milieu XIIIe siècle), de corne.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
cornaline cornalines
\kɔʁ.na.lin\
 
Pierres de cornaline, mesurées en millimètres.

cornaline \kɔʁ.na.lin\ féminin

  1. (Minéralogie) Pierre précieuse rouge et un peu transparente, variété de calcédoine.
    • Sa broche ovale lui servait souvent à agrafer, l’un sur l’autre, les bords d’un accroc dans sa robe de taffetas noir, et son petit doigt s’ornait d’un cœur de cornaline rosée, où flambaient les mots ie brusle, ie brusle, — une bague ancienne trouvée en plein champ. — (Colette, La maison de Claudine, Hachette, 1922, coll. Livre de Poche, 1960, page 109.)
    • Tête gravée sur une cornaline. - Cachet de cornaline. - Il y a des cornalines de plusieurs couleurs. - Cornaline sanguine.
    • Il semblerait pourtant que les femmes du fleuve préfèrent les grosses cornalines de formes les plus diverses, et les belles agates qu’elles portent enfilées en colliers brillants. — (Marie-Françoise Delarozière, ‎Guy Ciampini, ‎Catherine James, Les Perles de Mauritanie, 1985)
    • À la cornaline, on reconnaît un grand nombre de propriétés, dont celle de fournir une protection complète contre le mauvais sort. — (Gisèle Simard, Petites Commerçantes de Mauritanie, 1996)
  2. (Jeux) Bille pour jouer, bille de verre contenant des veinures colorées, agate. Belle bille par opposition aux billes en terre cuite utilisées autrefois par les enfants.
    • On le voit: on y retrouve les mots "agate" et "cornaline". Les billes merveilleuses de Gide enfant doivent aussi avoir été polies et brillantes, comparables aux ongles de Ludwigson. — (Harald Emeis, Présence d'André Gide dans Les Thibault de Roger Martin du Gard, tome 2, Éd.Die Blaue Eule, 2006)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • cornaline sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier